Plantes sauvages
accueil / archives 

Décembre 2005 - Numéro spécial : un dortoir urbain

Les Etourneaux sansonnet se rassemblent en grand nombre à la Bibliothèque Nationale de France... pour lire ?

Les années passent et les observations s'empilent. Les plus curieux d'entre-vous suivront ici mois par mois l'évolution de la vie du site.


[21 et 24 décembre 2005] Des milliers d'Etourneaux sansonnets viennent dormir à la Bibliothèque Nationale de France. Ce coin de Paris se transforme en dortoir pendant l'hiver. L'observation de leur arrivée est à ne pas manquer si vous en avez l'occasion. En voici un aperçu.

[17 décembre 2005] Ce matin, sortie ornitho frisquette au Parc Montsouris.
Beau soleil d'hiver mais petit vent glacial. Quelques belles trouvailles malgré une faible activité chez nos amis à plumes. Pendant que j'attends le groupe et l'animateur à quelques pas de l'entrée du parc, un bosquet de bouleaux frissonne d'une vingtaine de Mésanges à longues queues, pas si courantes sur Paris ; ça démarre bien et nous en retrouverons plus loin. Un Grimpereau des jardins s'offre à l'oeil nu, ce qui permet de bien observer son bec particulier, arrondi ; nous en retrouverons plusieurs aux détours des allées, escaladant les troncs de bas en haut. Un Pic vert houspille des étourneaux qui squattent un ancien nid de pic, que visiblement il convoite aussi, nous l'observons plusieurs minutes et suffisamment en détail pour affirmer qu'il s'agit d'un mâle (comme chez l'homme, c'est lui qui porte la "moustache"). Nous commençons la visite en groupe... L'apéritif était déjà conséquent ! Comme je n'ai pas tout noté dans l'ordre voici pêle-mêle un inventaire à la Prévert. Les Sitelles torchepot, à l'inverse des Grimpereaux, dégrimpe les troncs (si je puis dire) la tête en bas. Un coup de jumelles par acquis de conscience sur un pigeon perché dans un arbre... surprise, c'est un Pigeon colombin, bien moins courant que le biset ou le ramier, même s'il se révêle plus nombreux qu'on ne le pensait encore il y a quelques années. Un Faucon crécerelle fait du vol en Saint-Esprit au-dessus de Gentilly. Les Verdiers d'Europe nous offrent déjà quelques bribes de leur chant en plus de leur plumage. Les Pinsons des arbres sont discrets mais bien là. Le Troglodyte mignon lance un chant courroucé et nous le verrons un peu plus tard sur une pelouse au pied d'un bouleau. Une Grive mauvis prend un bain de soleil en bout de branche, elle est un peu loin à notre goût, malgré les jumelles, mais bien reconnaissable. Une Grive musicienne se promène sur une pelouse, en lisière d'un bosquet. Deux ou trois Mésanges noires agrémentent le parcours. Un Pic épeichette, le plus petit pic de nos régions, guère plus gros qu'un moineau, se laisse observer à l'oeil nu sur une branchette au-dessus de nos têtes. Son petit "béret" rouge signale un mâle. Un Rougegorge familier observe les environs de son arbuste. Au plan d'eau nous retrouvons une troupe importante de Mouettes rieuses et un Goéland dont nous ne saurons pas dire s'il est argenté ou leucophé, il n'est pas tout à fait adulte et ses pattes blanchâtres ne nous renseignent guère. Outre les anatidés classiques en ce parc (Canards colvert, Tadornes de Belon, Tadornes casarca, Cygne à cou noir, Bernaches du Canada, nonettes et à cou roux, Oies à tête barrée) et les Gallinules poule d'eau, nous remarquons quelques Corneilles noires aux plumes blanchâtres qui traînent au milieu des pigeons domestiques. Un Héron cendré prend un peu de repos sur un arbuste à un mètre au-dessus de l'eau. Nous finissons par une belle observation de Roitelets et de Mésanges huppées et apercevons un instant une Begeronnette des ruisseaux au bord du bassin.. Ajoutons les nombreuses Mésanges charbonnières et bleues observées toute la matinée. Une belle matinée, on en a pris plein les yeux.

[07 décembre 2005] Le Moineau domestique qui a donné son nom à ce site n'est pas aussi représenté dans cette galerie que le souhaiterais. Il est si commun que j'en oublie d'en tirer son portrait. En voici aux Buttes-Chaumont. La Corneille noire sera bientôt aussi fréquente dans les parcs parisiens que le moineau ou le pigeon ; la voici de pied en cap en train de "cuisiner". Vous finirez avec moi cette visite du parc des Buttes-Chaumont avec le Tadorne de Casarca, largement représenté ici.

[06 décembre 2005] Hier, aux Buttes-Chaumont j'ai trouvé deux Hérons cendrés dont un immature et un adulte, comme au parc de Bercy. Un groupe de sept Bernaches du Canada s'y promenaient de concert avec deux Oies à tête barrée. Malgré le froid de canard de cette journée d'hiver sans grand soleil, deux Pigeons de ville prennaient un bain consciencieux... à vous donner la chair de poule !

[05 décembre 2005] Il est plus facile de plannifier ses RTT que la météo et c'est par un ciel bien peu lumineux malgré quelques éclaircies que je vagabonde aujourd'hui aux Buttes Chaumont. J'en ramène toutefois quelques clichés dont ce Goéland leucophée qui fait ainsi son entrée dans ma galerie de portraits.
accueil / archives 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.