OPIE Anthidies
accueil / archives 

Septembre 2009 - Toujours et encore des insectes

Juillet 2009 restera parmi les années record en terme de nombre d'espèces observées chez les insectes. Une bien belle diversité.

Les années passent et les observations s'empilent. Les plus curieux d'entre-vous suivront ici mois par mois l'évolution de la vie du site.


[17 septembre 2009] Le Gymnosome arrondi rejoint la gallerie des insectes, catégorie mouches. Une belle tachinaire aux tons chauds et dorés.

[08 septembre 2009] Quelques mouches très colorées dont je ne connais pas le nom ont rejoint la gallerie des Diptères indéterminés.

[06 septembre 2009] J'avais prévu une série de Diptères et Hyménoptères... c'est un Coléoptère qui tombe ce matin sous ma souris. Ne boudons pas pour autant notre plaisir devant ce bijou métallique aux fémurs étonnamment renflés ; Oedemera flavipes fait modestement son entrée sur le site avec un seul cliché, mais au côté de son cousin Oedemera nobilis qui en offre trois en entrant à son tour ; la première fois que je fais entrer deux espèces du même genre en même temps, les ayant croiser au même endroit à quelques jours d'intervalle. Par la même occasion j'ai reconnu le coléoptère que j'avais posé dans mes inconnus, Mordella aculeata, nouveauté encore..
Les Diptères ?... j'y viens, j'y viens... et je commence par une très grosse mouche aux couleurs de miel et de pain d'épices, la Volucelle zonée. Pour suivre la Mouche verte fait également son entrée. Tout à fait complémentaire de la précédente, sur le plan colorimétrique tout au moins, voici deux espèces d'une mouche rouge cylindrique du genre Cylindromya.

[05 septembre 2009] Encore un petit être aux allures étranges mais bien connu des pêcheurs, la Grande mouche de mai, qui n'est pas une mouche mais une éphémère. Encore une grande mouche plate et longue qui n'en est pas une ; je vous propose, et c'est encore une nouveauté de cette année, de découvrir Perla marginata, une Perle, non pas un bijou (quoique...) mais un représentant d'une des trois familles des Plécoptères, dont je vous ai déjà présenté la larve début août. Pour les curieux j'ajoute au passage un petit insecte qui me reste inconnu noir et présentant un curieux abdomen très pointu (finalement déterminé comme Mordella aculeata). Encore plus fort pour ceux qui ont des connaissances très affutées : deux rangées de tous petits oeufs au revers d'une feuille. C'est joli, mais quant à savoir ce que c'est ?... Pendant qu'on est dans l'inconnu, voici trois chenilles, dont une qui semble parasitée, qui n'attendent que votre avis pour trouver leur place ; amis lépidoptéristes, j'attends vos suggestions. De la chenille au papillon... avec deux papillons inconnus de moi. De celui-ci au moins ai-je trouvé la famille et le genre, sinon l'espèce précise, et ce ptérophore entre à son tour dans ma gallerie.
Avant de passer aux Diptères (en gros les mouches en tout genre) et aux Hyménoptères (abeilles et guêpes) je vous propose une petite pause reptilienne. Pour commencer voici un jeune Lézard vert qui trompe son monde, pas si vert que ne le dit son nom. Puis une Couleuvre vipérine avec qui nous avons appris à partager l'eau de la rivière, il suffit de regarder où on met les pieds ! Et les Escargots d'eau douce que ces couleuvres dérangent parfois sans en faire leur repas.
Mouches ai-je dit ? Celle-ci est bien spéciale puisqu'en fait de mouche elle ne fait pas partie des Diptères. Comme la mouche de mai qui était une Ephémère cette Mouche-scorpion est un Mécoptère. Resterait à préciser l'espèce exacte, mais ce n'est pas si simple sur la base d'une photo, les différences entre chaque étant assez minimes.
Et juste avant d'aller me coucher, parce que je vous entends réclamer, le premier diptère de la série annoncée est une Tipule du chou, que chacun prend, à tort, pour un grand moustique.

[02 septembre 2009] Je commence le mois par une bestiole le plus souvent mal aimée, la Mante religieuse. Ces deux individus sont encore tout jeunes, le stade adulte de cette espèce étant atteint à l'automne.

accueil / archives 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.