Lien vers une action de protection de la nature
accueil / archives 

Juin 2012 - Encore un moi de tristesse, un moi de juin qui joue à octobre !

Mauvais temps mais quelques sorties quand même : quelques raretés à découvrir.

Les années passent et les observations s'empilent. Les plus curieux d'entre-vous suivront ici mois par mois l'évolution de la vie du site.


Pas beaucoup mieux que le mois de mai, ce mois de juin ! Il aura fallu attendre l'approche de l'été pour voir arriver le printemps !

[25 juin 2012] Le plus grand coléoptère d'Europe, le Lucane Cerf-volant ou Lucanus cervus, fait son entrée sur le site, belle occasion de participer à l'enquête le concernant, lancée par l'Office Pour les Insectes et leur Environnement. (OPIE).

[24 juin 2012] Une chenille, après quatre ans d'anonymat, a retrouvé la mémoire de son nom, c'est celle d'un papillon nocturne, la Buveuse, Euthrix potatoria. Certains penseront qu'elle avait abusait de la boisson pour sombrer ainsi dans l'oubli... pourtant elle doit son nom à ce qu'elle boit les gouttes de rosée !

[22 juin 2012] Fin mai j'ai rencontré une Mouche-scorpion qui n'est ni une Mouche ni un Scorpion, sur les bords d'un étang abandonné où la végétation prend l'allure d'une forêt primaire ! Une probable Panorpa vulgaris.

[21 juin 2012] Une brochette de Demoiselles en commençant par une Naïade aux yeux rouges ou Erytromma najas pour éclairer ce jour où la pluie a décidé de fêter le premier jour de l'été. Un couple d'Ischnures élégantes ou Ischnura elegans dont la femelle porte de curieux bijoux. Je retrouve également au même endroit que l'an passé l'Agrion porte-coupe ou Enallagma cyathigerum.

[18 juin 2012] Un scoop ! Une libellule tombée dans mon objectif à la fin mai s'avère après enquête une espèce rare, et considérée comme "En danger" en France. L'atlas des Odonates de Bourgogne ne la mentionne qu'en de très rares localités de la région et pas du tout autour de mon point d'observation. L'observation n'en a donc que plus de valeur et je vous livre avec un grand plaisir cette Leucorrhine à queue large ou Leucorrhinia caudalis qui fera baver de jalousie plus d'un spécialiste en quête de cette espèce !

[17 juin 2012] C'est d'une sortie de fin mai entre deux averses que je vous propose cette grande libellule. Son nom n'est pas trés original, comme elle a quatre taches sur les ailes, on l'a nommée Libellule à quatre taches ! Les scientifiques n'ont pas fait mieux pour son nom latin puisqu'il s'agit de Libellula quadrimaculata.

accueil / archives 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.