Chamina
accueil / dossiers / en-balade / ermitage-st-michel 

Ermitage St Michel

Le guide Chamina des Gorges du Tarn, de la Jonte et Causses propose avec le PR18 une petite randonnée physique qui mène vers un ancien nid d'aigle, le château de Montorsier, devenu l'ermitage St Michel. Les ruines sont dramatiquement belles et les paysages qui défilent à l'aller comme au retour tout aussi prégnants.

Topoguide Chamina 119


Nous voilà partis en juillet 2003, mon épouse et moi-même, pour une balade comme nous les aimons. Le matin de bonne heure, quand il fait encore assez frais pour que la montée dans les sentiers de falaise reste un plaisir. Il sera toujours temps de supporter la chaleur sur le plat du Causse ou dans la descente ! Aujourd'hui, c'est sur le Causse Noir que nous montons, donc dans l'Aveyron. Cette randonnée se situe à peu près à l'aplomb du village de Veyreau.

Ermitage St Michel Ermitage St Michel Cirque de Madasse
La première étape, aux deux tiers de la montée est pour admirer les ruines de l'ermitage Saint Michel, d'où l'ermite avait une vue imprenable ! La falaise s'élargit ensuite en cirque envahi de végétation.
Falaises du Causse Méjean sur les Gorges de la Jonte Causse Noir à gauche et Causse Méjean à droite Vase de Sèvres et de Chine, pitons rocheux détachés de la falaise du Causse Méjean
De là, la vue est totalement dégagée sur les falaises avoisinantes du Causse Méjean, sur la rive droite de la Jonte. Le Causse Noir où nous nous trouvons (à gauche), et le Causse Méjean (à droite), la vue portant en direction du Rozier. Au loin, en bordure de la falaise du Causse Méjean, surplombant la Jonte aux environs de la Maison des Vautours, les pitons rocheux du Vase de Sèvres et du Vase de Chine.
Les Gorges de la Jonte, au fond dans la brume... Meyrueis Rencontre avec un vautour moine Arrivant au dessus de Le Roziers

En regardant vers Meyrueis, vue sur les Gorges de la Jonte, flanquées à gauche du Causse Méjean et à droite du Causse Noir. Sur la droite, le piton de l'ermitage.

Rencontre avec un Vautour moine qui passera en planant à quelques mètres de nous dans le sifflement léger de ces ailes immenses. En approche sur Le Rozier, vue sur le Rocher de Capluc qui surplombe le bourg.
Rocher de Capluc (à droite) dominant Le Roziers Vue sur Le Roziers puis la route de Millau Le haut de la falaise avant d'attaquer la descente
A droite le Rocher de Capluc surplombant Le Rozier. Dans les lointains, la route de Millau. Mon épouse, comme moi-même, n'est pas bien grande, mais croyez-moi, quelle que soit votre taille, ici, vous vous sentirez petit et humble ! La masse des rochers nous domine alors que nous entamons la descente sur Le Rozier.
Après l'effort... le réconfort ! Ah... qu'il est maintenant doux de ne rien faire ! Après l'effort... le réconfort !
Après l'effort, et compte tenu de la chaleur, il fait bon tremper les pieds dans le bief. Pour le reste, l'eau paraît d'autant plus fraîche que l'air est chaud ! Je vous recommande de rester vigilant. Attention où vous posez les pieds, outre les galets moussus plutôt traîtres, il vaut mieux éviter de trop déranger les petits serpents qui se faufilent dans les herbes entre les roches, même si ce ne sont la plupart du temps que d'innocentes Couleuvres vipérines.

Pour en savoir plus, connaître l'itinéraire, se reporter au topo-guide petites randonnées des Gorges du Tarn, de la Jonte et Causses, réf. 119, édité par Chamina.

Départ et arrivée à Peyreleau. Remonter le long de la rive gauche de la Jonte sur un chemin confortable pendant environ deux kilomètres, histoire de se mettre en jambe tranquillement, puis attaquer la montée du sentier de falaise, tout à fait abordable par quiconque en bonne santé, le couvert végétal presque toujours assez dense permet cette balade même aux gens sujets au vertige ou à la peur du vide (vous pouvez me croire, c'est mon cas !). A ceux-là on déconseillera le détour aux ruines même ou au promontoire rocheux. On pourra se contenter d'admirer les ruines d'un peu plus loin, au détour du sentier. Elles se confondent tellement dans les rochers alentours qu'il faudra se retourner souvent pour ne pas les louper. A noter qu'il s'agit de l'ancien château de Montorsier devenu ermitage. Puis continuant, du cirque de Madasse, on remontera jusqu'au Champignon Préhistorique, ni comestible, ni vénéneux, qui n'est autre qu'un énorme rocher posé sur un pied comme un monstrueux cèpe. Quelques centaines de mètres de plat vous conduiront en bord de falaise d'où la vue est superbe sur le confluent de la Jonte et du Tarn, puis vous attaquerez la descente, parfois un peu raide et fatiguante. A l'arrivée, on se dit que finalement cette boucle serait peut-être plus belle dans l'autre sens, pourquoi pas, bien qu'il faille alors attaquer par une dure grimpette sans échauffement.

accueil / dossiers / en-balade / ermitage-st-michel 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.