Mes balades
accueil / dossiers / en-balade / peyreleau 

Peyreleau

Peyreleau, la Pierre sur l'Eau. Un village de pierre qui plonge ses pieds de roc dans le lit de la Jonte, rivière enfantée par l'Aigoual et qui vient se jeter dans le Tarn à deux pas de là, au village voisin du Rozier. Des maisons étreignant leurs voisines pour tenir sur le flanc de la montagne.

Accès, information pratique...


Peyre vient de pierre dans le parler local. Peyre-leau ; la pierre et l'eau, la pierre sur l'eau... Peyreleau, en bordure de la Jonte qui vient à deux pas se jeter dans le Tarn à l'entrée du Roziers, petit bourg attenant, porte bien son nom. C'est un village de pierre dorées au soleil, baigné de lumière, adossé à la falaise qui grimpe au Causse Noir, et trempant ses pieds dans l'onde fraîche qui descend de l'Aigoual. Les photos suivantes ont été prises lors d'une première visite en 2003 et reflètent encore l'ambiance actuelle de ce village particulièrement bien préservé.

Rocher de Capluc Arches Terrasse ombragée
Dominant Peyreleau et Le Roziers, le Rocher de Capluc mérite une randonnée à éviter en plein soleil. Dans l'architecture caractéristique de la région, les arches fournissent une fraîcheur bienvenue. Les terrasses sont le plus souvent ombragées, je vous inviterais volontiers à boire une citronnade sur celle-ci, mais ce n'est pas chez nous, dommage !
Escalier de pierre Eglise Donjon, gîte d'étape
Nombreuses sont les maisons qui arborent des escaliers de pierre. Comme il se doit, la Vierge veille sur les ouailles du haut du village. L'ancien donjon a été reconverti en gîte d'étape.
La Commanderie Ruelle aux lauriers roses Les toits
Le château du Triadou, aujourd'hui résidence privée partagée par plusieurs propriétaires abrite entre autre l'établissement de "La Grange Templière", qui ne doit pas son nom à un quelconque vestige de l'ère templière. La construction a débuté en 1470 par la famille d'Albignac et de Capluc et de nombreuses évolutions ont été apportées par les descendants jusqu'en 1670. Le village est une colline parsemée de ruelles étroites où les maisons occupent chaque pouce de terrain disponible.
Figuier Le "Paradis" Porte ouvragée
Qui retient l'autre, du mur ou du figuier ? Une maison bien nommée "Paradis" où l'on retrouve les escaliers de pierre brute, les ouvertures en arc, la pierre partout. Il n'est pas rare de trouver ci et là des pierres taillées probablement réutilisées de bâtiments plus anciens.
Ruelle Pierres et lauzes Vieilles pierres
La place manque pour les ruelles qui devraient manger du terrain pour s'élever en pente raisonnable ; on leur préfère donc les escaliers, à une époque où l'on ne livrait pas encore réfigérateurs ou machines à laver ! Le moindre appentis a son toit de lauze, non pour faire plus beau, mais tout bonnement que c'est ici la matière première immédiatement disponible et donc la moins chère. C'est aussi la plus durable ; si certaines pierres du village ne datent pas d'hier et accusent le temps, elles sont toujours en place et rendent le service que ceux qui ne sont plus là pour en parler attendaient d'elles lorsqu'ils élevèrent ces habitations, riches ou modestes.
accueil / dossiers / en-balade / peyreleau 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.