Lien vers une action de protection de la nature
accueil / dossiers / faire-et-ne-pas-faire 

Les bonnes attitudes à adopter

Ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire dans la nature.

Quelques liens pour en savoir plus sur ce qu'il convient ou non de faire :

  • Chacun a ses habitudes, ses idées, sur la manière de s'y prendre lorsque l'on trouve un oiseau blessé, malade, voire mort.
  • D'aucuns pensent qu'il est plaisant, normal, nécessaire, dangereux, malsain, nocif, stupide... de nourrir les oiseaux, et entre autre les oiseaux d'eau, placés plus ou moins naturellement dans nos parcs pour notre simple agrément, tels que cygnes et canards.

Ce dossier vous livre quelques réflexions de spécialistes sur ces questions et vous offre quelques liens pour aller plus loin. Une approche qui peut être aussi bien d'ordre biologique que juridique.

Vous déciderez par vous-même après lecture ce qu'il convient de faire, mais cette fois en connaissance de cause, car je ne suis évidemment pas là pour dicter une conduite.

Nourrir les canards n'est pas une bonne action !
Respectons les canards, ne les nourrissons pas ! Ou alors des graines plutôt que du pain, ce qu'ils peuvent manger devant nous et pas plus, distribué au sol et pas dans l'eau. Mais pourquoi ?
Que convient-il de faire si on trouve un oiseau mort ou malade ?
A l'heure où j'ai écrit ces lignes, l'actualité médiatique fourmillait d'informations plus ou moins sensées sur la grippe aviaire. Loin de toute polémique voici quelques conseils valables en tous temps et qui prennent d'autant plus d'importance en période d'inquiétude.

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , Nourrir les canards , Oiseau mort ou malade .

accueil / dossiers / faire-et-ne-pas-faire 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.