Didier Roustide
accueil / dossiers / gorges-de-la-jonte 

Gorges de la Jonte

Une fabuleuse région pour l'amateur tant d'oiseaux que d'insectes. Mais le plus grand souvenir que je garde de mes vacances successives en ces lieux sont les vautours et leur spectacle quasi permanent dans les cieux surplombant la gorge et les causses environnants. La promenade sur le sentier des corniches d'où on les côtoie de très près reste chaque fois inoubliable.

Cliquez ici pour voir la carte de la région des gorgesCliquez sur cette carte de France pour découvrir la Lozère (le petit point jaune) et ses alentours avant que je vous raconte mes séjours en ces lieux.


Pour en savoir plus sur les Vautours de Lozère :

  • www.vautours.org : un site de la LPO entièrement consacré aux vautours et dont la délégation est à l'entrée des gorges.
  • percnoptere.lpo.fr : consacré au vautour percnoptère, encore rare dans cette région mais en cours de réimplantation.
  • Belvédère des Vautours : vous donne les infos pour aller à la rencontre de ces oiseaux dans les Gorges de la Jonte.
  • Et bien sûr mes pages consacrées au Vautour fauve, dont la plupart des photos proviennent de cette région.

Situation géographique

Les Gorges de la Jonte, situées à la frontière de la Lozère et de l'Aveyron, entre le Causse Méjean et le Causse Noir, à 30km de Millau environ sont un paradis pour qui aime le calme. Une vingtaine de kilomètres sans presque rien d'autre que de la nature, sauvage à souhait. Ici, très peu d'Homo touristicus, on ne vient pas y chercher les boîtes de nuit, les cinés, les marchands de souvenirs, les pièges à gogos. La musique de nuit, c'est la rivière qui chante, le merle qui marque son territoire, le canard, les grillons et les cigales qui tardent à dormir, la chouette qui sort en chasse... Le ciné, c'est la toile noire du ciel constellée d'étoiles, loin de la pollution des lampadaires. Les souvenirs, on ne les achète pas, on les ramasse avec ses yeux, ses oreilles, son nez. Soyons honnête, on en achète un peu quand même, dès qu'on a goûté aux plaisirs de bouche de la région !

Une vingtaine de kilomètres, entre Le Roziers et Meyrueis, d'une vallée étroite et profondément encaissée entre deux falaises abruptes qui offrent peu de sentiers et encore moins de routes pour parvenir aux plateaux dominants. Une vallée qui laisse la place à la rivière qui l'a creusée et à une route où l'on se croise prudemment. Les maisons se comptent aisément sur ce tronçon, s'accrochant de leur mieux à la roche, se posant sur le moindre replat. Chacune avec son jardin, souvent minuscule, que l'on cultive humblement, genou en terre, en tenant compte de la pente. C'est dans cette région que nous avons eu, mon épouse et moi, la chance d'observer et d'admirer en totale liberté, pendant de longues heures, à plusieurs reprises, deux espèces d'oiseaux magnifiques, le Vautour fauve et le Vautour moine.

La rivière en décembre 2008

La rivière en hiverC'est une région que nous ne connaissons pas encore l'hiver, et, une fois n'est pas coutume, la photo que je vous propose de cette saison n'est pas de moi, mais de Pierre Agrinier, le fils de Denise Agrinier, dont nous louons le gîte à chacun de nos passages. Il nous envoit cette vue prise à quelques pas de la maison et qui contraste bien sûr avec nos souvenirs estivaux !

Cet hiver 2008/2009 a été plus rude que les années précédentes, comme partout ailleurs en France, et la neige était cette fois bien présente sans avoir causé d'autres désagréments toutefois que quelques coupures de téléphone et d'électricité sans grande conséquence, les routes étant rapidement dégagées.

Les Gorges de la Jonte en août 2002
Une première rencontre avec une région qui ne s'oublie pas ; un pays dont on tombe amoureux au premier regard, à la première odeur.
Les Gorges de la Jonte en juillet 2003
Un retour au pays des planeurs après un premier séjour en août 2002. Un gîte rural à La Caze, en bordure de la Jonte, au beau milieu des Gorges. Les dortoir de Vautours fauves en falaise rocheuse du Causse Méjean et en falaise arborée du Causse Noir. Nid de Vautour fauve en falaise. Randonnée sur le Sentier des corniches ; le balcon des vertiges et les vautours en plein ciel. Rencontre avec un Vautour moine.
Les Gorges de la Jonte en novembre 2003
Un pays qui se goûte dans le calme retrouvé des espaces libres et sauvages.

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2002 aout , 2003 juillet , 2003 novembre .

accueil / dossiers / gorges-de-la-jonte 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.