Les insectes
accueil / insectes / coleopteres / crioceris-asparagi 

Crioceris asparagi - Criocère de l'asperge

Ce criocère de l'asperge est très commun, répandu aussi bien sur les asperges du jardin que sur les sauvages. C'est un nuisible, car il peut pulluler et endommager les aspergeraies.

Classification

: Insectes

: Coléoptères

: Scarabaeoidea

: Chrysomelidae

: Crioceris asparagi


Noms vernaculaires

: Criocère de l'asperge


Juillet 2009, La Caze, Gorges de la Jonte (Lozère - France)
Criocère de l'asperge Deux clichés du même individu qui semble par ailleurs parasité si l'on en juge par la présences d'oeufs sur son corps. Sa présence au jardin potager ne surprend pas sur les asperges montées en graines. Criocère de l'asperge
Détermination certaine
Pour ma part j'avais dans un premier temps confondu cette larve avec une chenille et je l'avais donc mise dans les chenilles et papillons inconnus ! Eric Leguay propose : «Il devrait s'agir de larve de Criocère de l'asperge (Crioceris asparagi), il me semble que l'image est d'ailleurs prise sur cette plante hôte. Ayant moi-même une petite aspergeraie, il me semble reconnaître les individus.» Sur cette piste une petite recherche me mène entre autres sur le site d'André Lequet dont la page correspondante ne laisse plus aucun doute.
Je m'interroge en outre sur les oeufs qui "ornent" cette larve... André Lequet, interrogé puisqu'il semble bien connaître l'espèce, me renvoit sur une étude datant de 1902, particulièrement fournie, de la Société d'Entomologie de France dont je vous livre un résumé. Il y est question d'une mouche qui confie l'éducation de sa progéniture à un tiers...
«L'adulte de la mouche du genre Meigenia est commun dans les plants d'asperges. La femelle colle ses œufs sur la larve du Crioceris asparagi (Criocère de l'asperge). Une même larve peut en recevoir de plusieurs mouches et une même mouche peut en confier à plusieurs larves. L'hôte ne pouvant fournir la subsistance qu'à une seule larve, une lutte sans merci n'en laisse qu'une se développer.
La larve naissante perfore le dessous de l'oeuf en même temps que la peau du Criocère et la coquille vide dissimule le trou d'entrée.
Dès pénétration du parasite, le Criocère montre des symptômes de malaise. On le comprend ! Il cesse de manger, descend le long de la tige d'asperge pour s'enterrer, ou se laisse simplement tomber et demeure immobile.
Une fois introduit, le parasite traverse une période de vie errante parmi les viscères de son hôte. Il s'alimente des réserves de graisse et de substances protéiques accumulées dans le corps adipeux de son hôte. Avant de subir sa première mue, il se fixe à la paroi du corps dans laquelle il pratique un soupirail pour respirer directement l'air gazeux. Il appuie avec l'arrière-train contre la peau de l'hôte dont il mortifie les éléments anatomiques par ce foulage continu, en une sorte de presse hydraulique, et finit par faire éclater la cuticule.
A la seconde mue, les ravages du parasite s'aggravent rapidement et toutes les parties de son hôte y passent. Sa croissance s'accélère. Le Crioceris est littéralement vidé.
Le Meigenia sp. doit être compté parmi les auxiliaires agricoles puisque par son mode de reproduction il limite justement la reproduction du Criocère dont la pullulation serait néfaste aux cultures. »
Source : Meigenia floralis in Bulletin de la Société entomologique de France

accueil / insectes / coleopteres / crioceris-asparagi 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.