Société française d'odonatologie
accueil / insectes / coleopteres / oxythyrea-funesta 

Oxythyrea funesta - Drap mortuaire

Des élytres noires tachetées de blanc comme un drap mortuaire qui lui a donné son nom scientifique.

Classification

: Insectes

: Coléoptères

: Scarabaeoidea

: Cetoniidae

: Oxythyrea funesta


Noms vernaculaires

: Drap mortuaire


Juillet 2006, La Caze, Gorges de la Jonte (Lozère - France)

Drap mortuaire

Cette belle cétoine, malgré son nom, est toujours là, trois ans plus tard, dans le même jardin, sur les mêmes roses trémières ! Elle n'y est pas seule car une Cétoine noire lui tient compagnie, ainsi que des fourmis et des Charançons. Elle offre ici une belle vue de profil qui montre la structure de sa carapace et de ses pattes.

 

Juillet 2003, La Caze, Gorges de la Jonte (Lozère - France)

Oxythyrea funesta

Oxythyrea funesta

Oxythyrea funesta

Le Drap mortuaire est ainsi nommé par analogie avec les tentures que l'on tendait autrefois devant les domiciles des décédés. Ses taches sont en nombre et en forme variés, et sa teinte noire offre parfois des reflets cuivrés. Elle n'est pas toujours la bienvenue car elle ne se contente pas, comme ici, des boutons de la rose trémière, mais détruit souvent les boutons de la vigne et des arbres fruitiers. On la retrouve aussi à faire des ravages dans les champs de colza. On peut prendre son temps pour la photographier, elle n'est pas le moins du monde farouche ; trop occupée à se nourrir, il faut vraiment la secouer pour qu'elle se laisse tomber à terre ou ne s'envole.
Les grandes tiges de la rose trêmière étaient ce jour là une véritable mine d'or pour le photographe ; outre ces cétoines, il y avait là nombre de gendarmes et autres punaises en tout genre, quelques syrphes, fourmis, pucerons... que vous découvrirez en faisant comme eux, en butinant nos pages !
accueil / insectes / coleopteres / oxythyrea-funesta 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.