Nichoirs d'Ici et d'Ailleurs
accueil / insectes / coleopteres / prionus-coriarius 

Prionus coriarius - Prione tanneur

On l'appelle également, mais plus rarement, prione coriace. C'est l'un des plus grands coléoptères des régions françaises, de 4 à 5cm de long.

Classification

: Insectes

: Coléoptères

: Cerambycidae

: Prionus coriarius


Noms vernaculaires

: Prione tanneur, Prione coriace


Juillet 2007, Les Harcholins, Bertrambois (Meurthe et Moselle - France)
Prione tanneur Quelle est donc ce gros coléoptère (gros comme un pouce) qui semble grimper péniblement et laborieusement le long de cette souche pourrie ? C'est une femelle de "Prionus coriarius", communément appelé "Prione tanneur" ou plus rarement "Prione coriace". Prione tanneur
C'est un de nos plus grands et plus massifs longicornes. Il occupe toute la France, et bien au-delà. Chez nous ce n'est pas un insecte rare ....du moins pas encore !Il occupe toute la France, et bien au-delà. Chez nous ce n'est pas un insecte rare ....du moins pas encore !
Prione tanneur Prione tanneur Prione tanneur
Détermination certaine
A quoi voit-on que c'est une femelle et non un mâle ? André Lequet me fournit ces explications : "à sa tarrière de ponte, cet appendice qui dépasse de son abdomen. Cette bestiole, tarière dévaginée (au repos la tarrière est en effet à l'intérieur de l'abdomen), pourrait être en train de pondre mais en principe elle s'enfouit pour cela dans les vieilles souches, ce qui donne à penser qu'elle a été dérangée ou qu'elle est en fin de ponte, et donc de vie". Je pencherai pour cette deuxième hypothèse émise par André. La bestiole semblait bien être en train de quitter la souche et si j'ai bien vu une substance gélatineuse sur la tarrière, ce n'était pas un oeuf et il n'y en avait pas le long du tronc.
La femelle ne vole que de nuit, alors que le mâle (plus petit, avec des antennes en dents de scie) vole de jour, et de surcroît très rapidement. Si cet insecte a bien passé toute la journée sur cette souche, au matin en revanche, il n'y était plus, probablement envolé donc.
A revoir les photos, André a un doute : "En revoyant les photos, et la bedaine plus que ronde du second cliché, ce n'est sûrement pas une fin de ponte. A voir les membranes intersegmentaires aussi claires et distendues je me demande même s'il ne s'agirait pas d'un spécimen quelque peu immature mis à jour accidentellement.". Comme quoi, de simples photos, même pour un spécialiste, ne remplacent pas l'observation directe sur le terrain.
accueil / insectes / coleopteres / prionus-coriarius 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.