La toile des insectes du Québec
accueil / insectes / dipteres / calliphora-vomitaria 

Calliphora vomitaria - Mouche à viande

Une mouche très commune dans les maisons et aux alentours.

Classification

: Insectes

: Diptères

: Calliphoridae

: Calliphora vomitaria, vomitoria


Noms vernaculaires

: Mouche à viande, Mouche bleue


25 mai 2008, Jardin des Plantes, Paris (France)

On l'appelle Mouche à viande, elle y vient naturellement, mais aussi Mouche bleue... si vous en doutiez encore, admirez les couleurs de celle-ci. Elle vous offre une palette de nuances tout à fait remarquable. C'est pas joli ça ? Et pourtant quoi de plus banal qu'une mouche ? Notez à l'usure des ailes que cet individu doit déjà avoir quelques heures de vol à son actif.

Quant à l'identification exacte, je n'ai pas beaucoup progressé en entomologie depuis 2003, alors prudence !

Mouche bleue

 

Juillet 2003, Gorges de la Jonte (Lozère - France)
Mouche bleue Cette mouche a beau être très commune je n'en ai qu'un seul cliché à vous proposer, peut-être justement parce qu'elle est si commune qu'on n'y prête guère attention, sauf pour l'éloigner. Quoi de plus banal qu'une mouche, on ne va pas perdre son temps à photographier une mouche quand tant d'autres insectes présentent des caractères esthétiques apparemment bien supérieurs. Pourtant elle a la même importance que chacun dans la nature et mérite donc autant d'attention. Promis, j'essaierai de me racheter.
On trouve selon les sources C. vomitoria ou C. vomitaria, je ne sais pas qui a raison ou tort ou si les deux sont également reconnus.
Détermination incertaine
Il pourrait aussi s'agir de C. vicina (plus commune), qui diffère de C. vomitaria par des joues rougeâtres et non noires. J'ai pourtant choisi C. vomitaria car c'est la plus souvent représentée dans les guides généralistes... je vous l'accorde, la décision n'est pas très scientifique mais conviendra probablement au plus grand nombre !
accueil / insectes / dipteres / calliphora-vomitaria 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.