Tela Insecta
accueil / insectes / dipteres / villa-hottentotta 

Villa hottentotta - Bombyle hottentot

La plupart des bombyles sont trapus, robustes et velus. Ils ressemblent à des abeilles.

Classification

: Insectes

: Diptères

: Bombyliidae

: Villa hottentotta


Noms vernaculaires

: Bombyle hottentot


Octobre 2003, St Germain lès Corbeil (Essones - France)
Bombyle hottentot Bombyle hottentot Bombyle hottentot
Ce spécimen a été photographié en octobre, par temps frais, dans un jardin de la banlieue parisienne, engourdi sur le dallage de la terrasse d'une maison au jardin très arboré, en bordure d'un immense terrain en friche et marécageux.
Au premier coup d'oeil, j'ai pensé à une abeille domestique. Mais l'abdomen un peu trop large, les pattes non velues, les postérieures non élargies et dépourvues de panier à pollen, les yeux globuleux mangeant toute la tête, les toutes petites antennes, tout cela m'a fait ensuite penser à un syrphe.
Détermination confirmée
Didier Roustide semble avoir trouvé grâce au guide des mouches et moustiques de Haupt (encore un guide à me procurer !) qu'il s'agirait d'un Bombyle hottentot, Villa hottentotta, mouche parasite des chenilles de noctuidae.
Marc Chouillou confirme et je le cite : "Je ne suis pas un spécialiste mais je peux dire aussi qu'il s'agit bien d'un Bombyle du genre Villa ; les nervures des ailes, bien visibles sur la première photo, ne laissent aucun doute (la cellule anale caractéristique et surtout les deux "virages" parallèles, à l'autre extrémité). Il existe plusieurs espèces ; je penche aussi pour l'hottentote".
Le guide Haupt (que j'ai fini par acquérir !) précise que cette espèce est floricole au printemps et en été, et aime à se chauffer au soleil sur le sable. En cette période tardive, celui-ci a peut-être trouvé sur cette dalle le minimum de chaleur qui lui faisait défaut.
accueil / insectes / dipteres / villa-hottentotta 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.