Centre Ornithologique Ile de France
accueil / insectes / heteropteres / camptopus-lateralis 

Camptopus lateralis

Camptotus lateralis est, traduit litéralement, une punaise aux pieds courbés sur le côté. Ses tibias postérieurs sont de fait incurvés et plus courts que les fémurs dentés.

Classification

: Insectes

: Hétéroptères

: Alydidae

: Camptopus lateralis


Noms vernaculaires


Physiologie

: 12-16mm


Juillet 2009, La Caze, Gorges de la Jonte (Lozère - France)
Camptopus lateralis Première rencontre avec cette espèce, sur la table du balcon, au moment de mettre le couvert de notre diner. Un intrus quelque peu encombrant et guère gêné. Pas facile pourtant de faire une bonne photo de cet insecte écrasé de soleil en fort contre-jour sur le plastique blanc. Je cligne de l'oeil et de l'objectif, on étudiera son cas à l'ombre...
Camptopus lateralis Pour ces deux photos d'un deuxième individu méfiez-vous... je ne suis pas tout à fait sûr de la détermination ; il pourrait s'agir de Alydus calcaretus. Camptopus lateralis
Chez les Alydidés, la tête est plus large que le pronotum, le corps est allongé, les antennes sont épaisses avec quatre articles dont le dernier est plus long que le troisième et un peu incurvé, les pattes sont épineuses. Ces punaises sont surtout phytophages, c'est à dire qu'elles se nourrissent de plantes.
Camptopus lateralis

Aucune crainte à avoir donc en voyant son rostre piqué sur la plante (photo de gauche en bas). Cette "paille" lui sert à faire un petit trou à la surface de la plante pour en sucer les sucs. Mais si ce n'est pas un prédateur pourquoi ces fémurs dentés qui semblent adaptés à la capture de proie ?

Ces quatre photos sont autant de portraits d'un troisième individu.

Camptopus lateralis
Camptopus lateralis Camptopus lateralis
accueil / insectes / heteropteres / camptopus-lateralis 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.