Tela Insecta
accueil / insectes / hymenopteres / sphecodes-albilabris 

Sphecodes albilabris

Les abeilles coucous, comme leur nom l'indique, sont des abeilles parasites. Comme l'oiseau éponyme, elle profite du nid des autres pour élever ses larves.

Classification

: Insectes

: Hyménoptères

: Halictidae

: Sphecodes albilabris


Juillet 2003, Gorges de la Jonte (Lozère - France)
Cette identification n'est pas garantie. Un détail au moins me chagrine ; les antennes semblent composées d'articles tous identiques, alors que flagelle, pédicelle et scape (long) sont bien visibles en principe chez ce genre. Le terrain fréquenté ne correspond pas vraiment non plus à son habitat de prédilection.
Sphecodes albilabris Dommage que je n'ai pas pu faire de photos sous d'autres angles de ce spécimen, ce qui m'aurait permis de l'identifier plus surement, mais il était très actif et n'a pas voulu poser plus longtemps. Sphecodes albilabris
Le guide des abeilles d'Hans Bellmann signale comme habitat les terrains meubles et sablonneux, dégagés, surtout dans les dunes et les sablières, tout au moins pour l'espèce S. albilabris décrite dans ce livre. Nous sommes ici sur un bord de rivière, riche en végétation basse et variée. Les rives ne sont pas sablonneuses mais de galets. On peut toutefois trouver des terrains sablonneux à proximité, en haut des falaises de la gorge, sur les plateaux des deux Causses avoisinants.
La taille de l'individu photographié (1,5cm environ) amène à penser qu'il peut s'agir de Sphecodes albilabris (S. fuscipennis), les autres espèces du même genre étant le plus souvent nettement plus petites. La pilosité blanche des tegulae et des pattes renforce cette conclusion.
Cette abeille est l'Abeille-coucou de Colletes cunicularius qui fréquente donc les mêmes sites, mais que je n'ai pas eu l'occasion de rencontrer.
Merci à Nathalie Arnaud de m'avoir mis sur la piste de cette abeille.
accueil / insectes / hymenopteres / sphecodes-albilabris 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.