La Plume
accueil / insectes / hymenopteres / xilocopa-violacea 

Xylocopa violacea - Abeille charpentière

Un vol bruyant de fleur en fleur. Ni agressif ni dangereux malgré sa taille, ce gros insecte se nourrit de nectar.

Classification

: Insectes

: Hyménoptères

: Apoidea

: Xilocopidae

: Xylocopa violacea


Noms vernaculaires

: Abeille charpentière


Pour aller plus loin dans la connaissance de cette petite bête, rendez-vous sur le site d'André Lequet où il explique avec quelques photos surprenantes les habitudes de foreuse de ce xylocope.


9 septembre 2013, Conques (Aveyron - France)
Abeille charpentière A deux pas de l'abbatiale bien connue des pélerins de St Jacques de Compostelle, nous partageons notre observation de cette abeille magnifique avec quelques passants. Abeille charpentière

 

7 juillet 2010, Veyreau (Aveyron - France)
Abeille charpentière Dés le lendemain, passant faire un plein de miel à la miellerie de Veyreau pour l'hiver, c'est sur un superbe massif de lavande que je retrouve cette belle abeille qui se montre enfin de face. Abeille charpentière

 

6 juillet 2010, Cirque de Navacelles (Gard - France)
Abeille charpentière Gros plan sur la plus grosse abeille solitaire de nos régions. En plein travail, peu farouche, elle se laisse approcher. Dommage que je n'avais pas mon objectif macro ! Abeille charpentière

 

14 juin 2004, parc de Bercy, Paris (France)
Abeille charpentière En deux endroits du parc je tombe sur cette vrombisseuse qui se laisse approcher sans crainte. La première s'est offert un collier de poudre d'or, la deuxième est UN deuxième, un mâle reconnaissable aux avant-derniers segments rougeâtres de ses antennes. On remarquera au passage qu'il doit avoir quelques heures de vol car sa voilure a quelque peu souffert du temps et de quelques atterrissages bien hasardeux. Abeille charpentière
Abeille charpentière Abeille charpentière

 

Juin 2004, parc de Belleville, Paris (France)
Une belle journée dans le plus pentu des parcs parisiens. Un vrombissement soudain attire soudain l'attention de mon épouse qui me dit : « Il y a des grosses bestioles là-haut ! ».
Abeille charpentière Le doute n'est même pas permis, butinant le haut d'un arbuste de trois mètres, une dizaine de charpentières tournent comme une escadrille de bombardiers. On les dit pourtant solitaires, mais quand il y en a pour un... Abeille charpentière
Merci à Marc Chouillou qui me précise que l'arbre sur lequel butine cette abeille est un Baguenaudier (Colutea arborescens). Les grosses "feuilles" en forme de voile sont en fait des gousses dont l'aspect caractéristique permet d'identifier aisément cet arbuste de la famille des Fabacées.
Serge Gadoum précise : "Ce Xylocope est un mâle de Xylocopa violacea, on distingue nettement les deux avant-derniers articles antennaires rouges".

 

Juillet 2003, Gorges de la Jonte (Lozère - France)
Abeille charpentière C'est la plus grosse abeille de nos régions, toute aussi inoffensive que spectaculaire. Son vol est très bruyant, mais elle n'est pas agressive et pique rarement. De 20 à 30 mm de long, son corps bleu-noir foncé a une pilosité courte. Les ailes brunâtres ont des reflets violets. C'est une abeille solitaire qui vole en été, automne et printemps. Elle niche dans le bois mort d'où son nom d'Abeille charpentière. Son nom latin vient d'ailleurs du grec xulokopos ; qui coupe du bois. Abeille charpentière
Abeille charpentière Abeille charpentière
Approchée ici à moins de cinq centimètres, elle reste longtemps concentrée sur sa tâche. Agrandissez ces clichés et admirez la délicatesse de sa machinerie, les grains de pollens collés aux pattes, ses petites griffes qui la retiennent aux pétales des fleurs, car elle travaille à la pollinisation... vous ne la confondrez plus avec Dark Vador !
accueil / insectes / hymenopteres / xilocopa-violacea 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.