Centre Ornithologique Ile de France
accueil / insectes / lepidopteres / melitaea-didyma 

Melitaea didyma - Mélitée orangée

Vanesses, nacrés et damiers forment la grande famille des Nymphalidés qui comporte environ 5000 espèces ; donc ne m'en veuillez pas s'il y a erreur d'identification, mais n'hésitez-pas à m'en tenir informé.

Classification

: Insectes

: Lépidoptères

: Nymphalidae

: Melitaea didyma


Noms vernaculaires

: Mélitée orangée


Ete 2003, Causse Méjean (Lozère - France)
La Mélitée orangée

D'après les renseignements que j'avais pu glané à droite et à gauche, en regard de la taille de l'abdomen, j'avais conclu qu'il s'agissait là d'une femelle de Grande violette (Brenthis ino). J'avais longuement hésité à identifier ce spécimen, une seule photo de dessus, c'était un peu juste pour se prononcer, mais le guide Chinery précise que cette espèce se distingue nettement des voisines par les larges bordures marginales brunes du dessus. C'est aussi le seul papillon de cette sorte pour lequel j'avais trouvé cette combinaison de marge brune cernée de blanc sur le pourtour extérieur.

J'avais raison d'hésiter puisque je m'étais trompé ! Au moins avais-je cerné la famille, vu mon niveau de connaissances ce n'était déjà pas si mal ! Philippe Mothiron, responsable du GILIF (Inventaire des Lépidoptères d'Ile-de-France), a eu la gentillesse de rectifier mes erreurs et je l'en remercie. Il s'agit donc d'une Mélité orangée, Melitaea didyma, et de surcroît mâle ! La femelle a en effet le corps et les ailes antérieures brun gris.
Quand on le sait, et que l'on feuillette à nouveau les guides avec cette certitude, cela devient évident, mais pour le néophyte, quel casse-tête ! Le naturalisme est un apprentissage de plusieurs vies (au moins) ! Ce type d'erreurs fait mieux comprendre le cloisonnement de certaines disciplines, la spécialisation de certaines personnes sur un ordre, voire sur une famille...
accueil / insectes / lepidopteres / melitaea-didyma 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.