Tela Insecta
accueil / insectes / lepidopteres / noctua-comes 

Noctua comes - La Hulotte

Les noctuelles sont des papillons essentiellement nocturnes aux couleurs ternes et à l'abdomen trés développé. Le grand nombre d'espèces et même de sous-familles de cette famille rend souvent l'identification trés complexe.

Classification

: Insectes

: Lépidoptères

: Noctuidae

: Noctuinae

: Noctua comes


Noms vernaculaires

: La Hulotte


Vous trouverez sur ma page de liens de quoi en savoir plus à propos d'Alain Ramel et d'André Lequet.
Octobre 2003, Paris (France)
Noctua comes

Détermination probable mais pas certaine à 100%.

On remarquera son allure de bombardier furtif, lourdement posé sur son énorme abdomen, les pattes traînant au sol, les longues antennes repliées en arrière.

Après moultes recherches et mises à contributions d'experts, il s'avère que nous sommes là de façon quasi certaine en présence d'une Noctua comes, trés commune dans toutes nos régions. Pour en être tout à fait sur, il aurait fallu voir les ailes postérieures qui dans ce cas auraient été jaunes à bordure noire, ce que je n'ai pas vu ni d'ailleurs eu l'idée de regarder, il faut bien l'avouer.

Noctua comes

Photographié sur la table de jardin de mon balcon, un soir d'octobre, installé pour la nuit, ce papillon semble me regarder dans les yeux pendant que j'opère. Quelle peut être sa perception de ce monstre que je suis et qui tourne ainsi autour de lui ?

Noctua comes
Noctua comes
Catherine, unne butineuse de passage sur le site, se et me demande s'il ne s'agit pas d'une légionnaire, et partant de cette piste, je me demande à mon tour si ce ne serait pas une Légionnaire uniponctuée, Pseudaletia unipuncta par exemple ? Essayant toujours de croiser mes sources d'informations, je contacte deux de mes correspondants beaucoup plus expert que je ne le suis. Alain Ramel et André Lequet sont tous deux d'accord pour démolir mes hypothèses :
Alain Ramel  : «Il s'agit d'une Noctuelle de la sous-famille des Hadenines mais elle a deux tâches sombres et non blanches comme Pseudaletia unipunctata (ou P. albipunctata) et elle a des points noirâtres près de la frange terminale des antérieures ; c'est une espèce voisine pour l'identification de laquelle il faudrait un cliché avec ailes étalées pour voir les points noirâtres en relation avec la post-médiane».
André Lequet complète : «Chez la Pseudaletia unipuncta les ailes sont proportionnellement plus longues et sutout plus pointues. D'autre part la zone apicale est délimitée par une très nette ligne rectiligne. Pour le reste plusieurs espèces paraissent possibles, mais ne point voir les postérieures gène l'identification plus précise».
André ne s'en tient pas là et contacte à son tour un ami expérimenté qui nous donne encore quelques précisions. Bien que gêné par le fait de ne point voir les ailes postérieures, Eric pense qu'il pourrait s'agir de Noctua comes, espèce très commune et assez variable. Chez cette espèce les ailes postérieures sont jaunâtres, et largement bordées de noir. A l'envol c'est normalement visible, mais c'est très fugace.
N'ayant pas assisté au décollage de l'engin qui semblait décidé à faire une escale technique, je ne puis donc assurer qu'il s'agit bien de la "marque" annoncée (comme dirait l'héroïne du film Le Papillon). Comme vous, peut-être, je reste donc un peu sur ma faim mais dans un courrier trés sympathique, André me rassure : «avec environ 5000 espèces de papillons de nuit en France, et tenant compte des variations saisonnières, géographiques ou individuelles, il vaut mieux éviter de "culpabiliser" de ne pouvoir mettre un nom sur une bestiole, car bien des spécialistes se heuretent au même dilemne».
Pour lever bien des doutes, il convient souvent d'immobiliser, triturer, voire trucider la bestiole pour la disséquer, ce que je me suis refusé à faire une fois pour toutes, estimant que ma position d'humble amateur ne justifie pas ces moyens.
Antoine Guyonnet confirme l'identification de Noctua comes et précise sous-famille et même tribu, car le nombre d'espèces de cette famille est si élevé qu'il a fallu encore subdiviser. Les spécialistes apprécieront, les autre retiendront mieux le nom vernaculaire !
accueil / insectes / lepidopteres / noctua-comes 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.