OPIE Anthidies
accueil / insectes / odonates / aeshna-cyanea 

Aeshna cyanea - Aeshne bleue

L'Aeshne bleue est une grande libellule au corps sombre orné de marques vert pomme et bleu ciel.

Classification

: Insectes

: Odonates

: Anisoptera

: Aeshnidae

: Aeshna cyanea


Noms vernaculaires

: Aeshne bleue


Physiologie

: 67-76mm


8 septembre 2011, Lavogne de Drigas (Lozère - France)
Exuvie d'Aeschne

Exuvie d'Aeschne

Exuvie d'Aeschne
La lavogne de Drigas abrite toujours de belles rencontres. C'est finalement à quelques minutes à vol d'oiseau des photos précédentes (voir ci-dessous) que je découvre l'exuvie de la larve de cette espèce. Nous sommes ici sur le Causse Méjean.
Détermination probable
Un insecte vivant n'est pas toujours facile à déterminer, une larve encore moins, mais quand il ne s'agit plus que d'une coquille vide ! C'est une fois encore le forum www.insecte.org qui me donne la solution. L'espèce n'est pas garantie, mais cette exuvie appartient bien au genre Aeshna.

 

Juillet 2009, Environs de Dargilan, Causse Noir (Aveyron - France)
Citerne en ruine

Au lieu-dit de la Pierre des Trois Evêques, aux abords de la ferme, subsistent quelques ruines d'une ancienne ferme équipée des indispensables citernes en cet endroit puisqu'il n'y a sur ce point haut ni source ni nappe phréatique. L'une de ces citernes, cylindrique et surmontée d'un toit maçonné éventré par les outrages du temps, abrite au jour de mon passage une trentaine de bestioles au masque de Dark Vador !

Mue imaginale de libellule
Mue imaginale de libellule Mue imaginale de libellule
Cela ne ressemble à rien de ce que je connaisse (mais soyons humble, mes connaissances sont infimes !). Ces "monstres" ont pourtant une allure d'insecte mais cet énorme corps rejeté très en arrière me laisse pantois. Leur situation, au-dessus de l'eau, accrochées, immobiles ou presque à la paroie, à l'ombre et au frais, les filaments blancs dorsaux, comme résidus d'une déchirure, le corps arqué qui semble s'extirper d'un sac de couchage... m'amènent alors à penser qu'il s'agit peut-être de larves en train de muer... reste à savoir de quelle espèce ou à tout le moins de quelle famille...
Détermination probable
André Lequet, que j'interroge un soir, confirme mon idée et précise : "C'est effectivement une mue imaginale* de libellule. Le moment venu la larve quitte l'eau, se cramponne à un support quelconque, et donne vie à l'insecte dit parfait. Les filaments blancs correspondent à l'exuvie des trachées, car tout ce qui est chitinisé** mue. On peut connaître l'identité de la bestiole à partir de la mue, mais sur photo ce n'est guère possible. Disons qu'il s'agit sans doute d'une Aeschne".
* Je précise pour les non-spécialistes que la mue imaginale est la dernière mue qui mène la larve de l'insecte vers son stade adulte ou imago.
** La chitine est la substance qui forme le squelette externe (exo-squelette) des insectes. Cette "carapace" qui les empêche de grandir nécessite de "changer de peau", d'où les mues.
Quelques liens intéressants glanés lors de mes recherches :
- Le Chasseur de Dragons
- Odonates costarmoricains
- Insectes.Net par André Lequet
- Société Limousine d'Odonatologie
En janvier 2012, Pierre, contacté sur le forum des insectes pour une toute autre espèce, a la gentillesse de faire un tour sur mon site et d'en corriger quelques pages. Il précise pour celle-ci : "des Aeshnidae et probablement Aeshna cyanea vu le biotope". Biotope pour lequel mon guide explique que cette espèce "a une prédilection pour les mares forestières, parfois dépourvues de végétation" et "qu'elle chasse le long des lisières et dans les clairières" ; ce qui correspond parfaitement à l'endroit. Je me range à son avis et sort ces exuvies de la pages des odonates indéterminées pour les ranger à leur place la plus probable.
accueil / insectes / odonates / aeshna-cyanea 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.