lesoiseauxenville
accueil / oiseaux / autres / ara-hyacinthe 

Ara Hyacinthe

Le plus grand des aras est un peu économe de ses efforts. Bien que ses mandibules soient exceptionnellement fortes et lui permettent d'ouvrir des graines très coriaces, il lui arrive d'en cueillir le soir et de les laisser tomber au sol pour les déguster le lendemain matin, lorsque l'écorce a été consommée par de gros rongeurs. Pas bête, hein. En voilà un qu'on ne pourra pas traiter de crâne de piaf !

Classification

: Psittacidae

: Anodorhynchus hyacinthinus


Noms vernaculaires

: Ara hyacinthe

: Hyacinth Macaw

: Guacamayo azul (Bo), Guacamayo Jacinto



3 novembre 2013, Parc des Oiseaux, Villars-les-Dombes (Ain - France)

Ara hiacynthe

Gageons que le Ara hyacinthe présentée par l'animatrice du spectacle est celui que j'ai déjà photographié dans ce même parc... ou son conjoint.

Ara hiacynthe

 

Mai 2005, Parc ornithologique de Villars-les-Dombes (Ain - France)

Ara hiacynthe

Ce magnifique oiseau, un peu pitre dans ses acrobaties, particulièrement menacé dans son environnement naturel par le braconnage, fait l'objet d'un programme d'élevage dans ce parc. Il peuple la région du Pantanal (d'où le nom de la volière où il évolue ici), qui est la plus grande zone humide continentale au monde. Elle s’étend sur quelque 210.000 km² (soit la superficie de la Belgique, de la Suisse et des Pays-Bas réunis) au Brésil, au Paraguay et en Bolivie.

Ara hiacynthe

Ara hiacynthe

Ara hiacynthe

Au hasard de mes recherches sur cet oiseau je l'ai trouvé en vente dans un élevage au prix de 18.000€ (non, vous ne rêvez pas, j'ai vérifié trois fois le nombre de zéro !) ; à ce niveau de prix on comprend que le braconnage ait bien failli l'éradiquer. Ajoutez à cela la déforestation, les incendies de forêt, les indiens qui le tiraient au fusil pour revendre les plumes au touriste... jusqu'en 1990 environ où sa population totale était tombée en dessous des 3000 individus.
accueil / oiseaux / autres / ara-hyacinthe 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.