Un site de l'INRA
accueil / oiseaux / colombins / tourterelle-turque 

Tourterelle turque

Grande colonisatrice du XXème siècle, venue de l'Inde, et non de Turquie comme le ferait croire son nom, elle ne vit en Europe de l'Ouest que depuis un demi-siècle environ.

silhouette

Classification

: Columbiformes

: Columbidae

: Streptopelia decaocto


Noms vernaculaires

: Tourterelle turque

: Eurasian Collared-Dove

: Türkentaube

: Tórtola Turca

: Tortora dal collare orientale


Physiologie

: 31-33cm

: 47-55cm

: 150-220g

: Jusqu'à 10 ans

: non menacée

: J F V A M J J A S O N D



Cette tourterelle est aujourd'hui commune dans les milieux urbains, et son expansion continue. Elle dépend en partie pour se nourrir de l'alimentation que l'homme met involontairement à sa disposition, ce qui a probablement contribué à sa colonisation de pratiquement toute l'Europe, mis à part l'Espagne et le nord de la Scandinavie, quoique pour l'Espagne, a contrario des indications purement livresques une visiteuse témoigne : "J'ai pu en voir en très grand nombre en Espagne, en Andalousie, durant mes vacances d'août 2006 ; j'ai eu cette chance de les voir dans un parc à Banalmadena près de Malaga au bord de la mer".

16 juillet 2010, Meyrueis (Lozère - France)
Tourterelle turque Tourterelle turque Tourterelle turque
Sur la place centrale de Meyrueis quelques Tourterelles turques se promènent tranquillement entre les badauds et glânent quelques miettes aux terrasses des cafés. Elles ne sont donc pas farouches et se laissent photographier en toute quiétude.
18 juillet 2008, La Canourgue (Lozère - France)

Tourterelle turque

En plein centre ville cette Tourterelle turque ne s'inquiète guère des passants et arpente le parapet de la rivière et les trottoirs en quête de... quoi donc ? Au même endroit un Canard de Barbarie et un Rougequeue noir en font autant.

Tourterelle turque

Juillet 2006, Meyrueis, Peyreleau, La Cavalerie (Lozère et Aveyron - France)

Tourterelle turque

Dans les milieux ruraux ou néo-ruraux la Tourterelle turque remplace le Pigeon biset de ville. C'est elle qu'on retrouve sur les toits, dans les jardins. C'est encore elle qui se faufile entre les tables et les chaises des terrasses de café. On ne discute pas les goûts de chacun mais pour ma part je la trouve plus jolie que le igeon parisien, et son chant, quoique monotone, est moins désagréable que celui de son cousin.

Tourterelle turque

Tourterelle turque

Tourterelle turque

Mai 2005 , Parc ornithologique de Villars-les-Dombes (Ain - France)

Tourterelle turque

On est plus habitué à voir les tourterelles sur les toits, les fils, les gouttières... ou les arbres, qu'au sol. Mai faut bien aller boire. Elle passe devant nous en coup de vent et se pose à quelques mètres, vite à peine décelable sur ce fond de galets qui lui assure une protection mimétique. Cela ne l'empêche pas d'évoluer prudemment en jetant de fréquents coupd d'oeil autour d'elle en s'avançant vers le bord de l'eau.

Tourterelle turque

Tourterelle turque

Tourterelle turque

Un détail incongru s'est glissé dans la photo de gauche en bas... saurez-vous me dire lequel ?
Mai 2005, Chalamont (Ain - France)
Tourterelle turque Dans une cour du bourg, installées sur un balcon, ces deux tourterelles se bécotent... peut-être s'agit-il en fait d'une tourterelle et d'un "tourtereau" !? Tourterelle turque
Fin avril 2004, village de Baie de Somme (France)
Tourterelle turque au nid Déambulant dans un village en bordure de la Baie de Somme nous découvrons cette tourterelle bien installée dans son cheneau, trés probablement sur son nid, à en juger par les branchages qui dépassent et qui en constituent généralement la construction en petite plateforme. Lorsque les guides la décrivent comme commune aux abords des fermes, villages et banlieues, ils sont encore loin du compte, car en fait d'abords, celle-ci se trouve en plein village, sur une maison habitée dont la fenêtre la plus proche est à peine à plus d'un mètre d'elle. Nul doute qu'elle est on ne peut plus confiante.
accueil / oiseaux / colombins / tourterelle-turque 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.