Plantes sauvages
accueil / oiseaux / grands-echassiers / grande-aigrette 

Grande aigrette

Grand héron blanc des marais, des étangs et des plaines inondées.

silhouette

Classification

: Ciconiiformes

: Ardeidae

: Ardea alba


Noms vernaculaires

: Grande aigrette

: Great Egret

: Silberreiher

: Garza blanca (Arg, Bo), Garzón blanco (HN)

: Airone bianco maggiore


Physiologie

: 85-100cm

: 1,45-1,70cm

: 1-1,5kg

: 10-15 ans

: non menacée

: J F M A M J J A S O N D


On la trouve aussi nommée Egretta alba dans la littérature d'avant 1999, date à laquelle la Commission de l'Avifaune Française (CAF) l'a reclassée dans le genre Ardea avant de la reclasser en 2007 (dans son 11ème rapport) en Casmerodius albus. Le temps que tout le monde se fasse à cette nouvelle dénomination, elle restera ici sous son appellation la plus courante à ce jour : Ardea alba.


Bien plus grande et bien moins répandue en Europe de l'ouest que l'aigrette garzette, elle se distingue de celle-ci par la taille bien plus grande (mais on n'a pas souvent les deux individus sous la main et ensemble pour les comparer), mais aussi par la couleur du bec (jaune chez la Grande aigrette et noir pour la Garzette), et des doigts de pieds sombres au lieu de jaune. L'élément le plus frappant au premier abord est donc le bec qui permet de l'identifier surement, encore que le bout pouvant être sombre en période nuptiale il puisse paraître noir de loin.

C'est une espèce protégée en France, qui ne compte que quelques couples nicheurs et guère plus de 300 à 400 individus migrateurs ou hivernants.

3 novembre 2013, Versailleux (Ain - France)
Grande aigrette Me rendant au Parc des Oiseaux de Villars les Dombes, je suis accueilli par une bande de Grandes aigrettes sur l'étang de Versailleux. Je ne peux toutefois pas espérer une "grande" photo sous la bruine du moment. Je garde un souvenir de cette rencontre en attendant une météo plus clémente.

 

6 janvier 2007, aux alentours de Birieux, dans la Dombes (Ain - France)
Grande aigrette

Il n'est guère possible de s'approcher du bord des étangs de la Dombes car ils sont presque tous privés et si "furieusement gardés" qu'on se croirait en Sologne !

Grande aigrette
Un avantage toutefois pour les oiseaux qui du coup trouvent des lieux tranquilles, aussi riches en reposoirs qu'en nourriture. Pas de gros plan pour aujourd'hui, voici ce que vous verriez, comme moi, du bord de la route, à l'oeil nu (àgauche) et aux jumelles (à droite). Une quinzaine de Grandes aigrettes sur ce seul étang (et nous en avons vu, en moins grand nombre, sur bien d'autres) montrent à quel point cette espèce s'est décidément bien installée dans la région. Cette installation ne fait pas plaisir à tout le monde car ces étangs sont un haut lieu de pisciculture et les échassiers sont perçus comme des concurrents redoutables, ce qui resterait à prouver d'ailleurs.

 

Mai 2005, Parc ornithologique de Villars-les-Dombes (Ain - France)
Grande aigrette

Bien représentée au parc aux oiseaux de Villars, la Grande aigrette l'est aussi dans la région des Dombes à l'état naturel où elle est très présente. Il n'est pas rare de voir ce grand "héron blanc" de la route lorsqu'on longe les étangs.

Je la connaissais déjà pour l'avoir ainsi vu aux Etangs de Hollande (ci-dessous) ou dans les Dombes ; j'ai pourtant eu du mal à croire que c'était bien cette espèce en voyant celles-ci.

Grande aigrette
Grande aigrette Grande aigrette
En effet, à cette saison, outre les grandes plumes neigeuses, les aigrettes, qui lui couvrent le dos pour les parades nuptiales, elle revêt un bec non plus jaune mais noir avec une bande de peau bleu-vert à la base. Le haut des pattes est également plus rosé que jaunâtre.

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2004 .

accueil / oiseaux / grands-echassiers / grande-aigrette 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.