lesoiseauxenville
accueil / oiseaux / grands-echassiers / grande-aigrette 

Grande aigrette

Grand héron blanc des marais, des étangs et des plaines inondées.

silhouette

Classification

: Ciconiiformes

: Ardeidae

: Ardea alba


Noms vernaculaires

: Grande aigrette

: Great Egret

: Silberreiher

:

: Airone bianco maggiore


Physiologie

: 85-100cm

: 1,45-1,70cm

: 1-1,5kg

: 10-15 ans

: non menacée

: J F M A M J J A S O N D


On la trouve aussi nommée Egretta alba dans la littérature d'avant 1999, date à laquelle la Commission de l'Avifaune Française (CAF) l'a reclassée dans le genre Ardea avant de la reclasser en 2007 (dans son 11ème rapport) en Casmerodius albus. Le temps que tout le monde se fasse à cette nouvelle dénomination, elle restera ici sous son appellation la plus courante à ce jour : Ardea alba.


Août 2004, Etangs de Hollande, forêt de Rambouillet (Yvelines - France)

Grande aigrette

Ce n'est qu'en consultant mes guides que j'ai compris qu'il s'agissait d'une Grande aigrette et non d'une Aigrette garzette comme je l'avais pensé sur le moment, tant il est peu fréquent de la rencontrer. Pas peu fier donc de l'avoir accrochée à ma galerie de portraits !

Je n'avais encore jamais vu cette espèce en liberté sauf une fois sur les étangs des Dombes, dans l'Ain (France) où elle est moins rare.

Grande aigrette
Grande aigrette
Grande aigrette
Cette aigrette qui se nourrit comme la plupart des hérons de poissons et batraciens ne dédaigne pas non plus les petits mammifères. La voilà ici bien occupée à sa pêche d'après-midi. Pour le plaisir des yeux et une meilleure approche anatomique, je vous recommande particulièrement la photo de droite en haut qui montre également les pattes.

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2004 .

accueil / oiseaux / grands-echassiers / grande-aigrette 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.