Balbuzard
accueil / oiseaux / oiseaux-marcheurs / emeu-d-australie 

Emeu d'Australie

Comme son nom l'indique il vit en Australie dont il est originaire, réparti sur tout le continent à l'exception des zones côtières et des forêts denses.

Classification

: Casuariiformes

: Dromadiidae

: Dromaius novaehollandiae


Noms vernaculaires

: Émeu d'Australie

: Emu

: Emu

: Emú

: Emù


Physiologie

: 1,50-1,85m

: (ailes atrophiées)

: 30-45kg

: 10 ans


A ne pas confondre avec le Nandou d'Amérique, auquel il ressemble beaucoup.


3 novembre 2013, Parc des Oiseaux, Villars-les-Dombes (Ain - France)
Emeu d'Australie Emeu d'Australie Emeu d'Australie
Lors de cette nouvelle visite, cet oiseau est venu poser tout près, autorisant des portraits détaillés sur lesquels on remarquera que la peau nue et bleutée est chez certains individus moins visible que chez d'autres. Les photos ci-dessous montrent bien les moignons d'ailes que l'on voit d'autant mieux quand l'animal se penche vers le sol. On comprend qu'avec sa taille et son poids et ces seuls "souvenirs" de voilure, cet oiseau soit incapable de voler.
Emeu d'Australie Emeu d'Australie Emeu d'Australie
Vous apercevrez en arrière plan de la photo de gauche, en bas, un Cygne noir sur son nid, que vous pourrez voir de plus près en cliquant sur son nom.

 

Mai 2005, parc ornithologique de Villars-les-Dombes (Ain - France)
Emeu d'Australie Emeu d'Australie Emeu d'Australie
L'émeu d'Australie est plus petit que l'Autruche (d'Afrique) et plus grand que le Nandou d'Amérique (du sud) auquel il ressemble le plus. Il court vite (50km/h) mais ne peut pas utiliser ses ailes pour s'équilibrer comme le fait le Nandou, car contrairement à celui-ci, les siennes sont atrophiées, il ne lui reste quasiment que des moignons qu'il n'écarte que pour réguler sa température. Notez la peau nue du haut du cou, bleue.
accueil / oiseaux / oiseaux-marcheurs / emeu-d-australie 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.