Société française d'odonatologie
accueil / oiseaux / palmipedes / canard-mandarin 

Canard mandarin

Un classique canard d'ornement dans les parcs urbains. On dit de cette espèce que les mâles sont les plus beaux de tous. En tout cas ils ne risquent pas de passer inaperçus, tout au moins lorsqu'ils revêtent leur plumage nuptial.

silhouette

Classification

: Ansériformes

: Anatidae

: Aix galericulata


Noms vernaculaires

: Canard mandarin

: Mandarin Duck

: Mandarinente

: Pato Mandarín

: Anatra mandarina


Physiologie

: 41-49cm

: 65-75cm

: ~500g

: Jusqu'à15 ans


La raréfaction de l'espèce, dûe à la destruction de son habitat, explique son introduction en ornementation ; ces colonies semi-domestiques sont importantes pour la survie de l'espèce. Ainsi en 1980, le gouvernement japonais a-t-il commandé aux hollandais 3000 couples pour repeupler une de ses régions d'origine.


3 novembre 2013, Parc des Oiseaux, Villars les Dombes (Ain - France)
Canard mandarin Un canard toujours aussi magnifique à cette saison, mais je mettrais bien ma main à couper que les femelles qui suivent sont celles du Canard carolin qui partage ce bassin. Canard mandarin
En effet ces deux femelles ont une tache oculaire blanche qui se limite à un cercle orbital alors que chez les femelles carolin la tache oculaire est plus développée. En outre la "mandarine" (si j'ose !) présente généralement des joues striées de blanc, bien que ce ne soit pas toujours flagrant.

 

7 mai 2011, Parc du Moulin à tan, Sens (Yonne - France)
Canard mandarin Canard mandarin Canard mandarin
Canard mandarin Dans la chaleur de début d'après-midi de cette belle journée printanière, ce couple de Canard mandarin fait sa toilette, se baigne, se douche, s'ébroue, se lisse... que du plaisir pour se refaire une beauté et entretenir la santé. Le mâle a revêtu sa superbe parure nuptiale avec ses plumes en forme de voile si caractéristiques. Canard mandarin
Canard mandarin Canard mandarin
Canard mandarin Canard mandarin Canard mandarin

 

17 février 2007, Parc Montsouris, Paris (France)
Canard mandarin Canard mandarin Canard mandarin
Cette après-midi ce couple de Mandarins jouent en vedette sur le bassin, le mâle servant le premier rôle, bien entendu, et les photos pleuvent comme à la sortie d'un plateau holywoodien ! On ne compte plus le nombre d'objectifs braqués sur ces deux sympathiques canards. Le succès ne leur monte pas pour autant à la tête et ils vaquent tranquillement à leurs occupations quotidiennes car s'ils sont conscients de leurs attraits ce n'est pas pour le plaisir de briller mais pour assurer la pérennité de l'espèce. Chez eux, contrairement à nous, ce qui est mis en valeur, c'est seulement la richesse du patrimoine génétique...
Pour espérer des petits, à moins d'un nichoir en bordure de l'île, il leur faudrait trouver une belle cavité dans un arbre du bord de l'eau car c'est ainsi que nichent naturellement ces canards forestiers, les petits tombant ensuite directement à l'eau dès qu'ils atteignent l'âge de partir à l'aventure.

Quelques précisions sur l'espèce

Il est un peu plus petit que le Canard colvert (qui, familier de nos région et très commun et donc bien connu, sert souvent de référence) mais, tout à fait remarquable, il "prend de la place" sur les bassins où il est introduit et tous les regards se portent vers lui, mieux encore que vers le Canard carolin, pourtant également très coloré et paré.

En liberté, il vit en couple ou en petits groupes près des lacs et rivières de régions boisées. Dans les parcs on les rencontre fréquemment en couple et les deux individus sont rarement loin l'un de l'autre très longtemps.

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2003 , 2004 , 2005 , 2006 .

accueil / oiseaux / palmipedes / canard-mandarin 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.