Centre Ornithologique Ile de France
accueil / oiseaux / palmipedes / tadorne-de-belon 

Tadorne de Belon

Le Tadorne de Belon est un grand canard surtout côtier mais devenu commun dans les parcs urbains en oiseau d'ornement. Il a su s'adapter et tirer parti des gravières pour s'implanter dans les terres. Il peuple une grande partie de l'Europe et de l'Asie.

Classification

: Ansériformes

: Anatidae

: Tadorna tadorna


Noms vernaculaires

: Tadorne de Belon

: Common Shelduck

: Brandgans

: Tarro Blanco

: Volpoca comune


Physiologie

: 58-65cm

: 110-130cm

: 850-1400g

: 5-15 ans

: non menacée

: J F M A M J J A S O N D


Il fouille habituellement la vase à la recherche de crustacés et mollusques mais broute aussi l'herbe.


7 mai 2011, Parc du Moulin à tan, Sens (Yonne - France)

Tadorne de Belon

Je n'ai pas vu de mâle... cette femelle est-elle seule ? Il m'avait semblé voir un deuxième individu le week-end dernier lors de la découverte de ce parc en famille...

Tadorne de Belon

J'aurai l'occasion d'y repasser, ce n'est qu'à quelques kilomètres de chez moi maintenant ! Je verrai bien si on lui a donné un compagnon de captivité ou non.

 

21 janvier 2007, Lac des Minimes, Bois de Vincennes, Paris (France)
Sur un petit bras du Lac des Minimes cette dame Tadorne glisse en solitaire dans une faible lumière filtrée par la végétation de rive. Ses couleurs ne sont guère mises en valeur et on peine à lui trouver ce beau bec rouge qui lui est habituellement caractéristique.

Tadorne de Belon

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2003 , 2004 , 2005 , 2006 .

accueil / oiseaux / palmipedes / tadorne-de-belon 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.