Annuaire de sites naturalistes
accueil / oiseaux / passereaux / fauvette-grisette 

Fauvette grisette

La Fauvette grisette apprécie particulièrement les milieux dégagés possédant quelques buissons et arbustes. Elle y chante souvent du haut d'un perchoir peu élevé, ainsi qu'au cours d'un vol vertical caractéristique.

silhouette

Classification

: Passériformes

: Sylviidae

: Sylvia communis


Noms vernaculaires

: Fauvette grisette

: Greater Whitethroat

:

: Curruca Zarcera

: Sterpazzola


Physiologie

: 14cm

: 19-23cm

: 12-18g

: Jusqu'à 5 ans

: protégée

: - - - A M J J A S O - -


Son chant est plus précipité que celui de la Fauvette à tête noire, plus gazouillis que mélodie.


27 avril 2007, Bois de Vincennes, Paris (France)

Fauvette grisette

Fauvette grisette Fauvette grisette
Je rencontre pour la première fois cette Fauvette dans une partie dégagée du Bois de Vincennes, une clairière circulaire plantée de deux demi-cercles de petits arbustes d'un mètre de haut environ. De tout côté surgissent des chants précipités de petits passereaux très agités. Quelques chants en vol, d'autres émanant d'oiseaux posés sur quelque tige sèche dépassant un peu du sommet des buissons. Des chants lancés lors de vols étonnants, en allers-retours verticaux et dansants. Une fois au coeur des buissons, la discrétion est de rigueur. La photo du centre en haut a été prise à l'observatoire de la réserve biologique du bois, à quelques mètres de l'abri, sur le même type de végétation. Je noterai, de retour chez moi, que cette brindille a aussi servi de perchoir à un Accenteur mouchet entre deux chants de Fauvette grise, et que l'ai photographié sans m'en rendre compte !
Fauvette grisette
Même de loin, ou moitié cachée dans le feuillage, on la reconnaît à sa gorge blanc pur qui tranche sur le reste du plumage. Quand elle reste un peu en place, on distingue aussi son oeil cerclé de blanc.
Fauvette grisette
On remarquera sur tous les clichés la partie haute de la tête gris bleuté, plus ou moins ébouriffée, il s'agit du mâle. Ne tirons pas la conclusion qu'il n'y avait là que des mâles mais ce sont eux qui chantent et qui donc attirent l'oeil, les jumelles, l'objectif... Les couleurs, zone brun-roux sur les ailes, pattes brun orangé plutôt claires, poitrine légèrement rosée, sont difficile à distinguer dès lors qu'en terrain découvert l'oiseau se retrouve en pleine lumière, écrasé de soleil. De plus la brume de chaleur qui monte déjà en ce milieu de matinée printanière quasi estivale ne facilite pas les choses.
J'ai ainsi choisi de laisser sur cette page des clichés dont je sais qu'il n'ont pas grande valeur artistique mais qui ont le mérite de montrer les oiseaux tels qu'on les voit sur le terrain et non pas tels qu'ils sont idéalement offerts par les beaux livres et autres guides d'identification. Sur place l'observation est le plus souvent fugitive et il faut apprendre à cerner les caractéristiques les plus flagrantes dans l'instant, comme ici la gorge blanche et le vol vertical chanté autant que le milieu environnant.

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2007 .

accueil / oiseaux / passereaux / fauvette-grisette 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.