tela-orthoptera
accueil / oiseaux / passereaux / troglodyte-mignon 

Troglodyte mignon

Si le Troglodyte mignon porte ce qualificatif ce n'est pas parce qu'il est adorable mais parce qu'il est tout petit, c'est même l'un des plus petits oiseaux européens.

silhouette

Classification

: Passériformes

: Certhiidae

: Troglodytes troglodytes


Noms vernaculaires

: Troglodyte mignon

: Winter Wren

: Zaunkönig

: Chochín

: Scricciolo comune


Physiologie

: 9-10cm

: 13-17cm

: 8-13g

: 2-5 ans

: espèce non menacée

: J F M A M J J A S O N D


De la mer à la montagne, des forêts aux landes, il est partout, discret mais toujours présent au creux d'un buisson, soyez-en sûr. Tendez l'oreille pour repérer ces tit-tit, parfois enchaînés en tir de mitraillete !


10 juin 2006, Parc du Luxembourg, Paris (France)

Troglodyte mignon

Toujours aussi difficile à fixer, ce minuscule oiseau au chant étonnannment puissant pour sa taille se fond particulièrement bien dans son environnement. Agrippé (à droite) sur l'écorce de l'arbre, immobile, il est quasiment invisible.

Troglodyte mignon

Ce sont surtout ses mouvements vifs et ses petits cris secs qui le font déceler, sinon on pourrait passer à quelques centimètres sans le voir. L'apercevoir suffit souvent pour l'identifier car avec sa petite taille, sa silhouette ronde et sa petite queue souvent dressée, on ne peut guère le confondre avec une autre espèce. Quant à le photographier dans la lumière, ce serait un beau coup de chance ; tant il passe de temps à couvert dans ses buissons, à part comme ici, pour chanter. Laissez-moi encore quelques années et j'arriverai bien à lui tirer un joli portrait... le photographe naturaliste se doit d'être patient !

 

Juin 2004, parc de Belleville, Paris (France)
Cette vieille expression de photographe d'antan : « Attention, le petit oiseau va sortir ! », dont on ne sait guère aujourd'hui d'où elle vient, prend ici tout son sens avec cette opération de guet pour vous offrir ces quelques modestes clichés !
Une allée couverte du parc de Belleville

Par une belle après-midi, au hasard d'une promenade orni-entomo au parc de Belleville, passant dans une allée en tunnel caractéristique de ce parc, un minuscule petit oiseau brun terne débouche entre nos têtes et la voûte de feuillage dans laquelle il se dirige tout droit et disparaît quasi instantanément. Essayant de mémoriser l'endroit (tout se ressemble), nous attendons et le voyons ressortir comme il était entré. Cette fois, au lieu de le suivre du regard, nous ne quittons pas l'endroit des yeux et commençons à discerner une boule de feuilles et de mousse, bien coincée dans l'épaisseur considérable de brindilles qui tapissent les arceaux de cet escalier.

Attention le petit oiseau va sortir !
Une allée en tunnel, notez l'épaisseur de végétation de la voûte et l'ombre qu'elle procure ; levez les yeux !
Pris sur le vif au moment de sa sortie, mon talent n'y est pour rien c'est un coup de chance du photographe. !
Cherchez l'oiseau qui est à sa fenêtre, et pour vous aider, passer votre souris sur l'image ci-dessous.
L'arrivée quelque peu indécente, de retour au nid, accroché aux "barrières de sécurité", il entre tête en avant.
Attention le petit oiseau va sortir ! Retour au nid
Bien calé contre un pilier, je règle, prend mes repères et attend, l'oeil collé au viseur. Mon épouse fait le guet et me signale l'arrivée du locataire afin que j'anticipe mes actions. Il fait sombre, les arrivées et départs sont très rapides ; la qualité ne sera pas au rendez-vous, mais le souvenir est là. Difficile pour moi d'identifier l'espèce, pourtant, au vu des couleurs, et de la taille surtout, ainsi que de la constitution du nid, je penche fortement pour un Troglodyte mignon. Si ce n'est pas lui, ce n'est pas plus gros et dans ce gabarit, ils sont peu nombreux.
Intuition et observation étaient bonnes, confirmées par Eric Walravens.
accueil / oiseaux / passereaux / troglodyte-mignon 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.