Tela Insecta
accueil / oiseaux / passereaux / verdier-d-europe 

Verdier d'Europe

Le Verdier mérite bien son qualificatif dEurope" car il la peuple entièrement, à lexception de lextrème nord. Sil vient à se nourrir aux mangeoires il ne cède pas aisément sa place à d

Il vient très volontiers aux mangeoires et est friand de graines de tournesol. A la voix je le reconnais surtout grâce à son "dzviiii" caractéristique.


Novembre 2003 à janvier 2004, au balcon, Paris (France)

Un seul verdier cet hiver, et peu fréquent à la mangeoire. La mangeoire de l'école maternelle qui nous fait face fait le plein de mésanges, comme chez nous, mais pas plus de verdier que chez nous. Ils sont tous partis au soleil.

Novembre 2002, au balcon, Paris (France)

Un seul verdier à la mangeoire en ce mois de novembre. Tout au moins peut-on penser que c'est toujours le même spécimen, car cet oiseau grégaire vient habituellement en bande, tout comme nos moineaux, qui n'ont d'ailleurs plus accès aux mangeoires dès lors que les verdiers sont en nombre, ce qui était le cas à la fin de l'hiver et au printemps derniers.

De mars à juin 2002, au balcon, Paris (France)

Il n'était pas rare d'observer une vingtaine de verdiers aux mangeoires du balcon, menant grande pagaille, grand bruit et moultes bagarres. Il y sème un désordre indescriptible, n'ayant aucun soin de son aire de nourrissage, faisant voler tout alentour les cosses des graines de tournesol dont il est friand. A grand coups de bec dans les petits paniers, il choisit ses graines, en faisant souvent tomber à côté, dont il ne se soucie plus. Nous retrouvons donc tous les soirs de nombreuses graines par terre, que nous trions parmi les déchets et que nous remettons aux mangeoires pour le lendemain, halte au gaspillage  ! Contrairement au moineaux, les verdiers ne nous ont jamais laissé beaucoup de déjections, un balayage des cosses de graines suffit donc à garder le balcon propre.

Nous avons eu beaucoup de visites de jeunes en fin de printemps, ce qui nous a conduit à surveiller notre chat de très près car ils étaient encore un peu insouciants. Le chat ne sortant sur le balcon que lorsque nous sommes à proximité, il n'y a jamais eu d'accidents à déplorer, mais quelques incidents tout de même. Il semble qu'il ait réussi une fois à faire tomber un jeune du chèvrefeuille, et ce petit imprudent est venu s'écraser la tête la première dans un pot de gardénias. Nous l'avons délicatement déterré, épousseté et relaché ! Espérons que cette aventure lui aura été une expérience profitable ! Un autre a bien failli servir de déjeuner au mistigri. Nous l'avons retrouvé à temps, la queue seule dépassant de la gueule du chat ! A ce propos, il existe une façon simple de libérer l'oiseau en aussi mauvaise posture (c'est aussi valable pour une souris !), il suffit de pincer la gueule du chat avec deux doigts juste à la base de la machoire, l'obligeant ainsi à relacher sa pression et à ouvrir la gueule. Recueillir alors délicatement l'oiseau pour l'examiner, le tenir un moment sans le contraindre, le temps qu'il retrouve ses esprits et calme les battements de son petit coeur affolé. Encore un de sauvé !

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2002 2003 , 2004 , 2007 .

accueil / oiseaux / passereaux / verdier-d-europe 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.