Un site de l'INRA
accueil / oiseaux / rapaces / circaete-jean-le-blanc 

Circaète Jean-le-Blanc

Le Circaète Jean-le-Blanc est un grand rapace diurne, majestueux. Un magnifique plumage pâle barré de noirâtre révélé en vol. Visiteur d'été en France, le reste du temps plutôt au sud de la Méditerrannée.

silhouette

Classification

: Accipitriformes

: Accipitridae

: Circaetus gallicus


Noms vernaculaires

:

: Short-toed Eagle

: Schlangenadler

: Culebrera Europea

: Biancone


Physiologie

: 62-70cm

: 160-180cm

: 1500-2500g

: Jusqu'à 15 ans

: espèce rare

: - - - A M J J A S O - -


Il mange essentiellement des serpents et des lézards qu'ils chasse en recourant au vol stationnaire, passant des heures en vol à scruter le sol.


Mai 2005, parc ornithologique de Villars-les-Dombes (Ain - France)
Circaète Jean-le-Blanc

Circaète Jean-le-Blanc

Circaète Jean-le-Blanc
Un oiseau qui sait vivre avec le temps ; il part en chasse aux beaux jours et se repose quand il pleut ! Il faut dire qu'il se nourrit exclusivement de serpents et lézards et que ceux-ci en font autant. C'est donc dans un ciel bleu qu'il faut le chercher, planant à la recherche du serpent bronzant au soleil. On le reconnait alors "aisément" à ses ailes blanches délicatement barrées de sombre. Une espèce rare mais bien implantée dans le sud-est de la France. J'ai eu l'occasion de l'apercevoir également en Lozère à l'été 2003, et de l'y observer à de multiples occasions en juillet 2006.
Circaète Jean-le-Blanc Circaète Jean-le-Blanc Circaète Jean-le-Blanc

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2004 , 2005 , 2006 .

accueil / oiseaux / rapaces / circaete-jean-le-blanc 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.