La Plume
accueil / oiseaux / rapaces / pygargue-a-tete-blanche 

Pygargue à tête blanche

Le Pygargue à tête blanche est un grand aigle pêcheur d'Outre-Atlantique. Être l'emblême des Etats-Unis ne l'a pas protégé ; les polluants chimiques ont entraîné une forte diminution de sa reproduction.

silhouette

Classification

: Accipitriformes

: Accipitridae

: Haliaeetus leucocephalus


Noms vernaculaires

: Pygargue à tête blanche

: Bald Eagle

: Weißkopf-Seeadler

: Pigargo Americano, Águila Calva

: Aquila di mare testabianca


Physiologie

: 85-110cm

: 180-220cm

: 3500-4000g (mâle), 4500-6000g (femelle)

: Jusqu'à 30 ans

: espèce rare


Son regard d'aigle lui procure une vision trois à quatre fois plus performante que la nôtre, il voit ainsi ses proies à plus d'un kilomètre.


16 juillet 2007, Volerie des Aigles, Kintzheim (Bas-Rhin - France)

Pygargue à tête blanche

Pygargue à tête blanche

Pygargue à tête blanche

Voilà quatre ans déjà (voir en 2003, à Provins) que je n'avais pas eu l'occasion de voir ce grand aigle. Cette fois encore c'est lors d'une présentation en vol de rapaces que je le retrouve. Il serait de toute façon difficile de le rencontrer en toute liberté en se promenant dans nos régions de France puisqu'il est américain (au contraire de ses cousins Pygargue vocifère, africain, ou Pygargue à queue blanche, européen). Les voleries annoncent souvent la possibilité de voir les oiseaux de près, l'une de ses photos vous prouvera qu'elles ne mentent pas ! C'est aussi la possibilité d'observer à l'oeil nu de nombreuses phases de vol, comme ici l'envol depuis le perchoir.
Pygargue à tête blanche Pygargue à tête blanche Pygargue à tête blanche
Mais qu'est-ce qui pendouille ainsi à ses pattes ? Ce sont des lanières de cuir qui permettent au dresseur de le rattacher à son aire de repos après le spectacle. C'est là la limite de la liberté de ses oiseaux de volerie. Après la fin du spectacle ils se retrouvent en laisse. Ils n'ont d'ailleurs le "droit" de voler qu'après être passés sur la balance pour vérifier, par la mesure de leur poids, qu'ils sont suffisamment nourris pour avoir l'énergie nécessaire au vol mais aussi (et surtout) qu'ils ont tout de même sufisamment faim pour revenir chercher leur nourriture sur l'aire de présentation. Précaution sans laquelle ils pourraient bien avoir envie de partir en promenade alimentaire loin de là. Dans cette hypothèse ils sont malgré tout équipés d'un minuscule émetteur qui permettrait de les localiser à l'aide des signaux radio émis, voilà pourquoi on voit parfois un fil qui prolonge leur queue, c'est l'antenne de l'émetteur.

Quelques précisions sur l'espèce

On le nomme couramment "aigle pêcheur" bien qu'il ne se nourrissent pas exclusivement de poissons. Un lapin, attrapé dans la prairie, fera très bien son ordinaire également, ainsi que toute sorte de petits mammifères de cette taille. Il a été accusé à tort de s'en prendre aux moutons isolés, probablement parce qu'il était vu sur les carcasses de ceux-ci car il se nourrit aussi de charognes.

Ne pas le confondre avec le Pygargue à queue blanche, son cousin européen, devenu très rare lui aussi, parfois visible dans la région du lac du Der, en Champagne, où sa présence est devenue mythique pour les ornithos français, et où j'ai eu la chance de bien l'observer une fois, sans pouvoir le prendre en photo malheureusement.

Voir aussi :

En raison du volume d'information ou du nombre de photos disponibles sur ce sujet, l'ensemble a été découpé pour optimiser le chargement, n'hésitez pas à visiter aussi les pages suivantes : Accueil du dossier , 2003 .

accueil / oiseaux / rapaces / pygargue-a-tete-blanche 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.