OPIE Anthidies
accueil / oiseaux / rapaces / vautour-a-tete-blanche 

Vautour à tête blanche

Le Vautour à tête blanche n'a pas la tête si blanche que cela et à vrai dire c'est plutôt sa face multicolore qui frappe en premier lieu avec sa peau nue rose et son bec bleu et orangé. C'est un vautour de l'Afrique sub-saharienne.

Classification

: Accipitriformes

: Accipitridae

: Trigonoceps occipitalis


Noms vernaculaires

: Vautour à tête blanche

: White-headed Vulture

: Wollkopfgeier

: Buitre Cabeciblanco

: Avvoltoio testabianca


Physiologie

: 78-85cm

: ~230cm

: 3300-5300g

: espèce classée vulnérable


Le Vautour à tête blanche subsiste essentiellement dans des zônes protégées car il est victime d'empoisonnement par ingestion d'appâts piégés pour les petits carnivores et de destruction de son habitat.


16 juillet 2007, Volerie des Aigles, Kintzheim (Bas-Rhin - France)

Vautour à tête blanche

Le Vautour à tête blanche... ah bon ! A le voir comme ça, le nom n'apparaît pas évident... En plein soleil le duvet beige du crâne semble plus blanc, les couleurs de la face moins marquées. De près la palette de couleurs attire l'oeil du photographe comblé par l'esthétique des portraits que l'on peut tirer de ce grand oiseau sympathique. Lors du spectacle de présentation, à le voir parcourir l'arène en regardant autour de lui on pouvait se demander qui observait qui...

Vautour à tête blanche

Vautour à tête blanche Vautour à tête blanche
Vautour à tête blanche Vautour à tête blanche Vautour à tête blanche
En fait le sommet de la tête et la nuque sont bien blancs chez l'adulte (photos du bas, gauche et droite). Le juvénile, quant à lui, est plus brun et a besoin de six années pour acquérir le plumage des grands. Sa tête est plus brunâtre... et donc vous aurez compris que ces portraits en gros plan sont ceux d'un jeune. Notez aussi le restant de nuque brune sur la photo du haut, à droite qui semble donc indiquer un individu presqu'adulte.
accueil / oiseaux / rapaces / vautour-a-tete-blanche 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.