Un site de l'INRA
accueil / autres-animaux / myriapodes / scutigera-coleoptrata 

Scutigera coleoptrata - Scutigère véloce

Un myriapode facile à identifier à ses longues pattes et ses longues antennes. Très mal aimé en général, surtout quand il lui prend la mauvaise idée de rentrer dans les maisons où il a pourtant son utilité.

Classification

: Chilopodes

: Scutigeromorphes

: Scutigeridae

: Scutigera coleoptrata


Pour en savoir plus

La Scutigère suscite beaucoup de questions et je reçois régulièrement du courrier à son sujet. Je ne suis pas spécialiste de cette espèce et mes connaissances se bornent à ce qui est présent sur cette page. Mais pour aller plus loin André Lequet, tout aussi sollicité, sinon plus, que moi, a pris le temps d'étudier la bestiole sous toutes les coutures, jusqu'à la regarder déjeuner dans sa main ! De quoi satisfaire la curiosité de tous. Visite guidée par ici.


12 juillet 2010, La Caze, Gorges de la Jonte (Lozère - France)
Scutigera coleoptrata Cette fois c'est dans la salle de bains que je retrouve cette charmante bestiole. Elle part en chasse de quelques moucherons ou autre insecte et va se terrer dans l'ombre dès que je m'approche. Tant qu'elle reste ainsi près du sol et ne risque pas de me tomber dessus, elle est la bienvenue puisqu'elle fait le ménage parmi les mouches agaçantes ! Pour ceux qui ne connaissent pas encore cet animal je précise qu'il a ici la tête en bas, en témoignent les longues antennes qui ne tiennent pas totalement dans le cadre.
Juillet 2006, La Caze, Gorges de la Jonte (Lozère - France)
Deux individus sont venus nous rendre visite pendant nos vacances, se mettant au frais dans la maison lors des journées caniculaires de ce mois d'été. Tout en reconnaissant leur utilité, je ne les apprécie qu'à moitié et j'ai pu sortir proprement la première. J'ai laissé la deuxième, bien installée sur le mur de la cuisine, nous débarrasser des mouches... jusqu'à ce que je la retrouve sur mon bras pendant que je faisais la vaisselle ! Croyez-moi, ça chatouille ! La surprise commandant la réaction je l'ai chassée et... écrabouillée. C'est idiot, elle avait surement plus peur de moi que moi d'elle, m'étant probablement tombée dessus en se décrochant du plafond.
Septembre 2003, Maison du Lac, Parc de Bercy, Paris (France)
Scutigera coleoptrata Photographiée ici en plein jour, dans une pièce vide d'une maison située en plein parc urbain (Maison du Lac du Parc de Bercy à Paris), c'est une espèce que l'on voit davantage le jour que la majorité des autres myriapodes. Scutigera coleoptrata
Elle chasse presque sans arrêt et pénètre volontiers dans les maisons. On la rencontre dans les bâtiments et autour, sur les murs et les falaises. Originaire de la région méditerranéenne, sa présence à Paris peut surprendre mais elle est courante dans toute la France et l'Europe, sauf dans l'extrême nord, et semble repousser la limite nord de sa zone de forte répartition ces dernières années. Elle se nourrit de divers invertébrés, tels que mouches ou moustiques, blattes... Montée sur des échasses, elle file à toute allure à la poursuite de ses proies ou pour fuir, puis se plaque au sol. « Petit mais costaud ! ». Voulant photographier l'individu sous plusieurs angles alors qu'il restait parfaitement immobile au départ du mur (photo en haut à gauche), je l'ai poussé doucement "aux fesses" avec une petite brindille. J'ai été trés étonné de sa force de résistance. Ne voulant pas avancer, il s'est opposé à ma poussée de toute la force de ses quinze paires de pattes, et je sentais trés nettement sa résistance. Difficile de dire quelle était la force appliquée, mais elle dépassait probablement les deux ou trois cents grammes, ce qui semble énorme au regard de la taille (4cm environ) et du poids de l'individu.

Questions fréquentes :

  • Est-elle dangereuse ?
    Non, c'est un prédateur qui ne s'attaque qu'aux mouches, blattes... Elle ne viendra en aucun cas nous mordre à moins de la serrer dans la main (quelle drôle d'idée !) et sa morsure serait de toute façon sans conséquence. Elle est donc finalement plus utile que dérangeante. En outre elle n'est pas porteuse de maladies transmissibles à l'homme ou aux animaux domestiques.
  • Comment s'en débarrasser ?
    Vu la question/réponse précédente, j'aurais tendance à dire "pourquoi s'en débarrasser". Le plus simple est de se demander pourquoi elle est là et éventuellement pourquoi en si grand nombre (bien que rarement en nombre dans les maisons). Si elle s'incruste c'est qu'elle y trouve une subsistance abondante, chassez la nourriture, elle partira d'elle-même. Elle apprécie l'humidité, déshumidifiez les recoins sombres (placards, dessous d'éviers...). Vous pouvez également, si vous êtes sportif, tenter de la capturer avec un conteneur large d'entrée et la relacher dans la nature, loin de chez vous (tas de pierre, de bois...) ; mais apprêtez-vous à courrir vite et attention aux bosses !

En savoir plus :

  • Gilles, passant sur cette page me fait part de son expérience : "Je peux vous assurer qu'on la trouve aussi dans l'Est de la France. Habitant à Strasbourg, j'abrite quelques spécimens de cet insecte dans mon appartement. Je me garde bien de le chasser car il me débarasse de bien d'autres insectes et araignées".
  • Fred Romano témoigne : "A Formentera, dans les îles Baléares, ce myriapode est très redouté et sa piqure peut entraîner des réactions allergiques très violentes, voire arrêt cardiaque selon la zone de morsure. Croyez-moi, j'ai été atteinte moi-même. On le considère comme le seul danger de ces îles. Mais l'espèce continentale ne semble pas aussi venimeuse". En effet la toxicité de cette animal varie selon les régions, et quand je précisais que sa morsure n'était pas à redouter, cela s'applique aux régions tempérées comme la France. Des personnes sensibles peuvent toutefois développer une réaction allergique à ces morsures comme dans le cas des guêpes ou des araignées.
  • Insectarium de Montréal (Québec)
  • Office pour les insectes et leur environnement

Blague à part :

Un original qui vit seul décide un jour que sa vie serait moins monotone avec un animal pour lui tenir compagnie. Il visite les animaleries en quête d'un animal hors du commun et finit par fixer son choix sur un mille pattes... Voilà un animal de compagnie dont l'originalité égale au moins la sienne.
La meilleure chose à faire pour fêter cet heureux évènement ne serait-il pas d'emmener son nouveau compagnon dans un bar pour boire une petite mousse ?...
Il demande alors à son mille pattes : "Tu veux aller chez Paulo avec moi, boire une bière ?"... Pas de réponse...
Il attend quelques instants, et répète : "Bon alors, tu veux aller chez Paulo, prendre une bière ?"... Toujours pas de réponse.
Déjà agacé par le silence de cet animal dit 'de compagnie', il insiste : "Enfin, oui ou non, on va la boire cette bière ?".
Alors une petite voix tout aussi agacée lui répond enfin : "Ca va, ça va, j'ai compris... cinq minutes... j'enfile mes pompes !!!"

accueil / autres-animaux / myriapodes / scutigera-coleoptrata 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.