Les insectes
accueil / insectes / coleopteres / coccinella-septempunctata 

Coccinella septempunctata - Coccinelle commune à sept points

En dehors de la bête à Bon Dieu, il y a bien d'autres coccinelles, plus ou moins connues. Bien moins connue également est sa larve, qui nous est pourtant un auxiliaire de premier choix en agriculture.

Classification

: Insectes

: Coléoptères

: Coccinellidae

: Coccinella septempunctata


Noms vernaculaires

: Coccinelle commune à sept points


Variété des noms : savez-vous pourquoi les coccinelles sont aussi appelées Catherines ? Et que dire de ces noms locaux que j'ai relevé sur le site d'Alain Ramel, Poulettes de la Madone, Petits veaux du Seigneur, Oiseaux de la Vierge !

Dessin de coccinelles

© 2004 Isabelle Buzeau
Reproduction interdite

C'est la coccinelle qu'Isabelle a choisi pour illustrer sur ce site l'immense ordre des coléoptères, ce n'est pas par hasard car c'est l'insecte le plus connu de tous, et celui qui n'a jamais fait peur aux petits et aux grands. Ce n'est surement pas un hasard non plus si ce nom a été donné à une des voitures qui a eu la plus longue carrière automobile et s'est vue travestie sous tous les aspects.


Une coccinelle n'est pas toujours rouge comme la très commune "bête à Bon Dieu". Ce sont de petits coléoptères de forme hémisphèrique, avec des pattes courtes. Antennes courtes et épaisses. Ce sont des prédateurs qui ont peu d'ennemis car leurs couleurs caractéristiques avertissent de leur mauvais goût. La larve est défendue par des poils très hérissés sur le dos, et elle dévore plus que l'adulte, pour vite grandir et engendrer à son tour des ouvriers tout dévoués aux jardiniers.

Si elle semble plus abondante aux belles saisons, c'est qu'il lui faut un minimum de chaleur pour vivre dans de bonnes conditions. Lorsque le froid vient, elle se retranche dans des coins abrités, parfois des granges, des greniers, voire même dans les maisons, dans des pièces pas trop chauffées, où elle attend une météo plus clémente. Si elle vient ainsi chez vous, et semble vous envahir, pas de panique, elle n'apporte que du bonheur puisqu'elle n'attend qu'un rayon de soleil pour aller nettoyer votre jardin de ses pucerons. Elle ne s'attaquera à rien d'autre et est donc tout à fait innofensive.

1er mai 2011, Pont sur Yonne (Yonne - France)

Coccinelle à 7 points

Sur les chemins forestiers des alentours, les insectes préparent l'année qui redémarre (leur calendrier commence au printemps !) ; ce couple de coccinelles met en route leurs larves dévoreuses de pucerons. Excellente idée, laissons les vaquer à leurs ébats en toute tranquillité, pour notre plus grand profit...

 

Juillet 2006, La Caze, Gorges de la Jonte (Lozère - France)

Coccinelle à 7 points

Toutes les Coccinelles à 7 points ne sont pas rouges écarlates mais parfois plus claires, presque jaunes comme ici à gauche. En fait ce n'est pas une variation de couleur au sein de l'espèce mais une coccinelle qui vient de terminer sa nymphose et dont les élytres n'ont pas encore acquis pleinement leur pigmentation définitive. On peut considérer qu'elle vient de "naître" en ce qui concerne son dernier stade vital, sa vie d'adulte. Vous trouverez plus loin l'état larvaire et de nymphe dans cette page afin de comparer avec ce stade.

Ici (à droite), on assiste à une situation fortement paradoxale pour une coccinelle dont je rappelle que c'est une dévoreuse de pucerons. Cliquez sur cette photo pour mieux comprendre... vous y êtes ? Observez bien son élytre droite, et voyez ce qui se tient ainsi sur son dos, à cheval sur cette tache noire... un puceron ! Un puceron qui a confondu son pire ennemi avec un taxi ! Du rarement vu... et très franchement, j'ai fait comme vous, je l'ai découvert sur la photo ; au naturel, cela m'avait échappé.

Coccinelle à 7 points

 

La plus commune, rouge à points noirs est présente partout, et presqu'en toute saison.
Coccinelle à sept points Coccinelle à sept points Coccinelle à sept points
La coccinelle la plus commune est à sept points, d'où son nom latin. Un corps ovale rouge vif qui ne fait pas mentir le nom de sa famille qui vient du latin coccinus, soit écarlate. Un pronotum noir à deux points blancs, à peine visibles ici. Son allure générale, ronde et lisse, ses petites pattes à peines visibles et rétractables ont certainement contribué à la rendre sympathique à nos yeux, plus souvent enclins au mépris, au dégoût, à la répulsion face à bien d'autres insectes. De plus les jardiniers ont probablement vite découvert ses bienfaits dans la lutte phytosanitaire et encouragé les jeunes enfants à protéger cette petit bête finalement "providentielle".
On l'appelle courramment "Bête à Bon Dieu", mais ne me demandez pas pourquoi ! Sous ses airs angéliques, c'est pourtant une fameuse machine de guerre. Une tueuse, tant elle-même que ses larves, dont l'appétit carnassier et le goût immodéré pour la chair de pucerons fait davantage penser à un commando génocide qu'à un bataillon divin !
Coccinelle à sept points
Coccinelle à sept points
Coccinelle à sept points
Un peu de rééducation au passage ; contrairement à bien des racontars, ne comptez pas ses points pour connaître son âge, ça n'a aucun rapport, cela varie seulement en fonction des espèces !

 

Juin 2004, parc de Belleville, Paris (France)
Larve de coccinelle Tout le monde connaît les coccinelles, et depuis que vous lisez cette page, vous en savez même peut-être un peu plus sur leur variété. Alors que vient faire ce drôle d'insecte, là, à gauche. Cliquez sur cette vignette pour découvrir de plus près la larve de la coccinelle. Vous ne me croyez pas ? C'est bien vrai qu'elles n'ont aucun air de famille, mis à part les points peut-être. La voilà l'auxiliaire du jardin, le sauveur des rosiers, le dangereux guerrier partant à l'assaut des colonies de pucerons. Elle va en ingurgiter 2 à 3000 par jours ; un appétit qui force le respect.
Pour vous donner une idée de sa taille, il y a le bouton de rose, bien sur, mais il en est de plus ou moins développés, alors jetez un oeil à ces stries noires et grises sur la droite, c'est le relief du tissu de mon pantalon en Jean !

 

Juin 2004, jardin potager des Loges-en-Josas (Essonne - France)
Nymphe de coccinelle

Nymphe de coccinelle

Nymphe de coccinelle
Nymphe de coccinelle « Tiens un tout petit coléoptère », me dis-je en moi-même (mais pas en latin), posant mon vélo et sortant l'appareil photo. A regarder de plus près, ça a plutôt une allure de larve... Nymphe de coccinelle

Didier Roustide, passant sur ce site (ce n'est pas sa première visite, ni la première fois qu'il m'aide, merci à lui), a identifié ici la nymphe de la coccinelle. La voilà arrivée au terme de sa croissance et elle sera bientôt la petit bête qui ne fait peur à personne, pas même aux enfants. Décidément, il ne faut surtout pas penser en terme de ressemblance quant aux divers stades de la croissance d'un insecte !

accueil / insectes / coleopteres / coccinella-septempunctata 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.