La toile des insectes du Québec
accueil / insectes / ephemeropteres 

Ephemeroptères : Ephémères

Les éphéméroptères constituent un ordre d'insectes apparus au Carbonifère, il y a environ 280 à 350 millions d'années. Ce sont les plus anciens insectes ailés de la planète qui survivent encore aujourd'hui. On considère ces insectes aux téguments mous et au vol médiocre comme des insectes à caractères primitifs. Les différentes espèces sont souvent difficiles à distinguer.

Classification

: Insectes

: Ephemeroptères


Noms vernaculaires

: Ephémères


photo de Ecdyonurus Ecdyonurus
L'éphémère est un insecte au corps mou, qui ressemble un peu à la libellule mais au vol maladroit et lourd.
photo de Ephemera danica - Grande mouche de mai Ephemera danica - Grande mouche de mai
Un insecte délicat au corps mou, qui, malgré le nom de mouche que lui ont donné les pêcheurs, n'est pas sans rappeler les libellules dont elle ne fait pas partie non plus.
photo de Ephemera vulgata - Mouche de mai Ephemera vulgata - Mouche de mai
Un insecte délicat au corps mou, plus petite, en toute logique, que la 'grande' mouche de mai.
photo de Ephemeroptères indéterminés Ephemeroptères indéterminés
Ces éphémeroptères (ou éphémères) nécessitent souvent un passage sous la loupe, et seuls des spécialistes seront à même de les différencier, de les catégoriser, de les nommer. Mais avant cela, rien n'empêche de les admirer, de les détailler, de les étudier... dans un relatif anonymat. Si vous m'écrivez pour m'aider, ce que je vous encourage à faire, merci de préciser la référence des images concernées par vos remarques.

Quelques caractéristiques générales

EphémèreLes éphémères, dont les larves sont aquatiques et les adultes aériens, sont des insectes à métamorphose progressive mais présentant deux stades ailés succédant à la vie larvaire dont un ne dure que quelques heures avant le passage au stade ultime d'adulte. Ils sont reconnaissables à leurs ailes antérieures et postérieures de tailles très inégales, leurs longs cerques (filaments de queue) et un corps à l'aspect gracile. Ils ne vivent alors que quelques heures à quelques jours selon les espèces, ce qui leur a donné leur nom. Ce stade ne sert qu'à la reproduction. On peut observer à ce moment un vol pendant lequel ils s'élèvent verticalement à plusieurs mètres au dessus du sol ou de la végétation, avant de se laisser retomber, les ailes écartées et passives, et recommencer. Les femelles qui traversent ces vols sont saisies par les mâles, à l’aide de leurs longues pattes antérieures et de leurs pinces génitales qui terminent l’abdomen, l’accouplement se réalisant en vol. Les mâles meurent ensuite assez rapidement, alors que les femelles rejoignent les milieux aquatiques pour déposer, de quelques centaines à quelques milliers d’œufs selon les espèces. L'état larvaire dure en revanche de un à trois ans. A ce stade l'insecte se nourrit essentiellement d'algues mais certaines espèces peuvent être carnivores. L’abdomen est généralement déjà prolongé par trois appendices, les cerques, que l'on retrouve chez l'adulte. On compte une vingtaine de mues en moyenne. À la fin de la phase larvaire, les larves émergent, en se hissant sur un support minéral ou végétal, soit en s’élevant vers la surface en pleine eau.

Les éphémères sont à la base de la chaîne alimentaire, et y constituent un maillon de transformation de la matière végétale en matière animale. Ils sont la proie d’un grand nombre de prédateurs, consommant les larves comme les adultes : autres insectes, araignées, poissons, oiseaux, mammifères.

Les larves d’éphémères sont fragiles face à la pollution des eaux et sont parmi les premiers êtres vivants à disparaître lorsque les conditions du milieu sont modifiées par la pollution. Ils sont donc utilisés comme indicateurs de la qualité des milieux aquatiques et leurs populations sont surveillées.

Pour en savoir plus : OPIE, rubrique Ephémères.

accueil / insectes / ephemeropteres 
Par respect de la vie tous les clichés sont pris in vivo & in situ. N'étant pas un scientifique, j'ai pris le parti de photographier les animaux que je rencontre dans le plus grand respect de leur qualité de vie, en respectant les distances de sécurité de chaque espèce, sans les déranger dans leurs recherches de nourriture ou leur reproduction, notamment. Des contraintes qui apportent des frustrations qu'il faut accepter.